François Hollande en Algérie

Le journal de l'éco jeudi 20 décembre 2012
écoute bientôt disponible

Une trentaine de
chefs d'entreprises ont accompagné le président français pour cette visite
officielle de deux jours. On le sait, la
France et l'Algérie sont prêtes à ouvrir une nouvelle page dans leurs relations
économiques avec la signature de plusieurs accords industriels d'ici demain. Pour les
entreprises françaises, l'Algérie offre un potentiel de développement considérable.
Pour l'Algérie, c'est l'occasion d'attirer des investisseurs pour développer
son économie. Globalement,
l'Algérie a plutôt bien résisté à la crise financière internationale avec une
croissance assez stable, entre 2,5% à 3% ces quatre dernières années. Mais ses
performances industrielles restent faibles. L'une des raisons, c'est la
mauvaise utilisation de la rente gazière et pétrolière affirme Thierry
Apoteker, président de la société TAC, spécialisée en recherche économique  et financière.

"La rente n'est pas utilisée pour créer un capital productif performant". Thierry Apoteker, président de TAC  
 

"La rente n'est pas utilisée pour créer un capital productif performant". Thierry Apoteker, président de la société TAC

Retour en France où
le très attendu projet de loi de réforme bancaire a été présenté ce matin en
conseil des ministres.

Le texte impose aux
banques de séparer les activités dites utiles au financement de l'économie de
certaines activités dites spéculatives. L'objectif étant de protéger les dépôts
des épargnants. Les banques ne seront pas coupées en deux. Mais elles seront
obligées de loger certaines activités à risque dans une filiale ad hoc, qui
devra se financer en partie toute seule. Le projet de loi
renforce également les pouvoirs de contrôle et d'intervention de l'Autorité de
contrôle prudentiel, c'est à dire le gendarme des banques. Un aspect
très important selon Catherine Lubochinsky, professeur d'économie à
l'Université Paris 2.

"En cas de faillites, ce sont les actionnaires qui seront les premiers à subir les pertes". Catherine Lubochinsky, économiste  
 

"En cas de faillites, ce sont les actionnaires qui seront les premiers à subir les pertes". Catherine Lubochinsky, économiste

Le projet de loi
français anticipe en effet les discussions menées au niveau européen. Dans son
rapport remis en octobre dernier, le gouverneur de la Banque centrale de
Finlande, Erkii Liikanen, a préconisé une séparation complète des activités de
dépôt des activités spéculatives. Un avis que Bercy n'a donc pas retenu.

Les Galeries
Lafayette vont elles racheter le Printemps?

C'est ce qu'affirme
le magazine Challenge. Les intéressés n'ont pas confirmé l'information. Mais le
groupe Galeries Lafayette en a profité pour rappeler qu'il avait du cash en
magasin. Un peu plus d'un milliard d'euros après avoir vendu sa participation
dans Monoprix à Casino. Et qu'il étudiait toutes les opportunités. Le Printemps, qui
dispose de seize magasins en France, a été racheté il y a cinq ans par la Deutsche Bank
et l'homme d'affaire italien Maurizio Borletti.

Un nouveau patron
pour le groupe Thales.

Jean Bernard Levy
sera nommé demain PDG du groupe électronique de défense et de ses 68.000
salariés. Jean Bernard Levy, 57 ans, est l'ancien président du directoire de
Vivendi, qu'il a quitté avec fracas en juin dernier. Il remplace Luc Vigneron,
dont la présidence était critiquée en interne. La feuille de route du nouveau PDG
s'annonce chargée affirme Loïc Tribot Laspierre, délégué général du centre
d'étude et de prospective stratégique.

 

"Il devra pacifier les relations en interne". Loïc Tribot Laspierre, délégué général du CEPS.
 

Loïc Tribot Laspierre, délégué général du centre d'étude et de prospective stratégique.

En bref, l'équipementier
automobile Visteon supprime des emplois dans le Nord Pas de Calais.

213 postes sur le
site de Gondecourt, 30 autres à Harnes. La direction justifie cette annonce par la
baisse du chiffre d'affaire et la perte de marchés auprès des
constructeurs Peugeot et Renault.