De la VFR 1200 à la NC700X, Honda en pilotage automatique

La pratique du deux roues par Serge Martin dimanche 13 mai 2012
De la VFR 1200 à la NC700X, Honda en pilotage automatique

Le constructeur nippon a
en effet résolument choisi de faire de l'automatisme l'un de ses actes de
développement majeur. Ce fut le cas sur la DN 01, peut-être il est vrai trop
avant-gardiste, c'est le cas aujourd'hui pour la VFR 1200, mais aussi pour sa
petite sœur, le Crosstourer 1200 ou bien encore por la dernière née de la
grande famille Honda, la NC700X.

Mais où est donc passé le levier d'embrayage? (@ S.Martin)

Trois modèles qui dans la
configuration DCT (Dual Clutch Transmission) se voient équipé d'une boîte à
double embrayage. Concrètement plus la peine de chercher le levier d'embrayage
ou le levier de vitesse... il n'y en a plus. A la place deux palettes situées
sous la poignée gauche du guidon pour monter ou descendre les rapports ou bien
alors décider de laisser la boîte automatique gérer elle-même ces passages,
selon deux modes choisis (conduite normale ou sport) sans à coup, comme sur un...scooter.

A la poignée gauche des palettes pour passer les vitesses (@S.Martin)

Et c'est là que se pose La
grande question, moto ou scooter ? Une question que ne manquera pas de se
poser le motard quelque peu déstabilisé de se retrouver le bout du pied gauche
dans le vide et de chercher désespérément du bout des doigts de la main gauche le
levier d'embrayage. Une confusion accentuée sur la NC700X (une moto idéale pour
la ville et les loisirs) qui offre à la place du réservoir à essence (dissimulé
sous la selle) un coffre fermant à clé et permettant d'y ranger son intégral.

A la place du réservoir un coffre pour y ranger son casque (@S.Martin)

Bon soyons réaliste même
si très rapidement on se lasse de passer les vitesses du bout des doigts
laissant faire l'automatisme, telle la conduite d'un scooter, la position plus
en avant, les jambes repliées, le manque de protection face aux intempéries enfin
la  conduite rappellent très vite que l'on
est bel et bien au guidon d'une moto.

Plus de sélecteur de vitesses au pied... (@ S.Martin)

Des motos déconcertantes
et à la fois très attachantes, prémices, peut-être, de ce que seront les
deux-roues de demain à même de conquérir les possesseurs de scooters et de
séduire une clientèle de motards aguerris à la recherche d'un modèle facile et
polyvalent. En ce qui me concerne ne me demandez pas mon avis, en vieux motard
pur et dur je reste attaché à la bonne vieille boîte de vitesse manuelle avec
ses rapports qui claquent parfois mais je reconnais avoir été bluffé par l'évolution
de ces boîtes automatiques. Peut-être que sur mes vieux jours lorsque l'arthrose
gagnera du terrain, je me laisserai à mon tour séduire par l'évolution
technologique de la firme ailée...