Marine Le Pen : "La classe politique est titubante face au danger terroriste"

L'invité de 8h15 jeudi 11 octobre 2012

"Je pense depuis longtemps qu'il y a un vrai risque terroriste, car l'islam radical s'est propagé". Alors que sept personnes soupçonnées d'appartenir à une cellule terroriste s'apprêtent à être mises en examen, la présidente du Front national a estimé que "la mesure de ce danger n'avait pas été prise [...] par peur, explique-t-elle, de se voir accuser du crime ultime, 'l'amalgame'". 

Une solution contre la délinquance : "l'injonction civile"

Marine Le Pen a ressorti son habituel discours sécuritaire, vieille antienne du FN, décrivant la classe politique comme "titubante, complètement anesthésiée, face aux dangers, notamment le danger terroriste". Selon elle, le niveau de la délinquance dans notre pays est devenu insoutenable : "Entre les agressions physiques, les insultes, les cambriolages, plus personne en France n'est à l'abri de la délinquance et de la criminalité". Une solution pour elle : la mise en place de l'injonction civile. Il s'agirait, explique-t-elle, "d'interdire aux délinquants à la sortie de prison de revenir dans le quartier dans lequel ils étaient chefs de bande, pour couper la tête aux réseaux". 

"Il n'y a plus rien de social dans la politique des socialistes"

Interrogée sur le mouvement des "pigeons", Marine Le Pen s'est dit opposée à toute mesure susceptible d'aggraver l'affaiblissement des PME et PMI. Par ailleurs, elle a regretté que l"on continue à se soummettre au diktat de Bruxelles. "Les Français, dit-elle, s'ils veulent voir leuir avenri n'ont qu'à regarder nos voisins espagnols". "Que les socialistes enlèvent peut-être le mot 'social' de leur nom, suggère la présidente du FN, car objectivement, il n'y a plus rien de social dans la politique qu'ils sont en train de mettre en oeuvre". 

Sur les propos peu amènes de son père Jean-Marie Le Pen dans le JDD ("Le rassemblement Bleu Marine, c'est pour les tièdes"), Marine Le Pen a défendu la liberté de parole dans son mouvement. Et de plaider pour "un grand rassemblement d'unité nationale et de valeurs fortes comme la liberté, la justice, la souveraineté, la défense de l'identité nationale".