Bruno Le Roux : "On mesure la force d'un groupe à son unité"

L'invité de 8h15 vendredi 21 septembre 2012
Bruno Le Roux : "On mesure la force d'un groupe à son unité"
©

A quelques jours de voter le traité budgétaire, les couacs
se sont multipliés chez les ministres socialistes : émulation entre Manuel
Valls à l'Intérieur et Christine Taubira à la Justice, annonce précipitée de
chiffres par Vincent Peillon à l'Education, dissonnances sur la question du
récépissé entre Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault, ...les occasions de ne pas
serrer les rangs sont légion.

Pourtant, Bruno Le Roux prévient : le patron du
groupe socialiste à l'Assemblée veut réunir ses troupes dans l'unité, pour
soutenir la réorientation entamée par François Hollande, en particulier lors de
cette première étape décisive de vote du traité budgétaire : "La crise
européenne n'est pas finie , demain si un mauvais signe était donné par la France

(...) les attaques spéculatives pourraient reprendre. La réorientation du
Président de la République permet de redonner de l'espoir, construire sur des
bases nouvelles
(...) ici il y a un vote de confiance pour le Président de la
République
".

"Le débat est dans la société, mais dans un groupe
politique , il faut savoir se laisser convaincre" (Bruno Le Roux, sur France
Info)

Ce traité est une étape nécessaire pour aller plus loin,
poursuit le président du groupe PS : "On mesure la force d'un groupe à son
unité. En cas d'échec sur le texte, nous serions dans une position difficile
."

"Ce n'est pas rentrer dans le rang, c'est montrer de la
force" (Bruno Le Roux)