Brice Hortefeux : "les signaux de la délinquance sont tous passés au rouge"

L'invité de 8h15 jeudi 13 septembre 2012
Brice Hortefeux : "les signaux de la délinquance sont tous passés au rouge"
©

"Le devoir d'un gouvernement c'est d'adresser un message clair d'autorité à la délinquance. Pas d'envoyer des signaux de faiblesse. Et un signal de faible ça se transforme inéluctablement chez les délinquants en sentiment d'impunité". Brice Hortefeux, invité jeudi matin de France Info, n'y va pas par quatre chemins. 

L'ancien ministre de l'Intérieur estime que la suppression annoncée des peines planchers, la fin des tribunaux correctionnels pour mineurs, la fin du tout-carcéral annoncée par Christiane Taubira, sont de très mauvais signaux. "L'échec est inéluctable", martèle-t-il. "Les signaux de la délinquance sont tous passés au rouge."

Sur la question des Roms, Brice Hortefeux dit ne pas comprendre que l'on démantèle des camps tout en refusant de dire que c'est normal, comme l'a fait Chritiane Taubira.

On avait parlé de mesures d'accompagnement. "La seule mesure prise, c'est de dire qu'on ouvrait le marché du travail. Je vous rappelle que nous avons deux pays limitrophes qui l'ont fait : l'Italie - on a vu l'explosion des bidonvilles ; bravo pour le symbole !"

Quant à l'élection du nouveau patron pour l'UMP, Brice Hortefeux refuse de se prononcer. "Je me prononcerai le moment venu. Je soutiendrai le candidat qui proposera une opposition imaginative, constructive, positive et déterminée."