Thierry Mariani de retour "très prochainement" en Crimée

L'interview politique par Mathilde Munos lundi 27 juillet 2015
écouter l’émission disponible jusqu'au 21/04/2018
Le lundi 27 juillet 2015

Le député Les Républicains a défendu ce lundi sur France Info le déplacement d'une dizaine de parlementaires français la semaine dernière dans une Crimée annexée par la Russie.

 "Nous y sommes allés pour maintenir les contacts avec les parlementaires russes, pour continuer à échanger avec eux, et pour aller voir sur place, en Crimée..." a déclaré Thierry Mariani. "La Crimée c'est une sorte de zone grise, même les téléphones ne passent plus..."  Et il explique qu'il était à l'origine de ce déplacement contesté : "Une dizaine de parlementaires sont venus mais j'avais quatre cinq personnes que j'ai dû refuser... On fera probablement un voyage, très prochainement, en octobre..."
Et il se pose en "homme libre" : "Quand un député doit sortir de France, il doit demander l'autorisation comme un petit garçon? Non je suis un homme libre. C'est le rôle des parlementaires d'aller un peu plus loin. J'avais organisé le dernier voyage en 2002 en Irak. A l'époque, j'avais eu le même tollé..." Et il répond à Laurent Fabius qui l'a accusé d'avoir violé, avec ce déplacement, le droit international : "Dans cette région, le droit international est violé depuis deux ans..."

Thierry Mariani estime aussi qu'il n'a pas été manipulé par Vladimir Poutine"Je n'ai pas l'impression d'être manipulé mais de défendre mes idées. En Euroge, personne ne réalise qu'un engrenage de folie est en train de se mettre en place. Personne n'est innocent..."