Réforme du code du travail : "Toute personne de gauche est contre" (Jean-Luc Mélenchon)

L'interview politique par Jean-François Achilli lundi 22 février 2016
écoute bientôt disponible
Le lundi 22 février 2016

Invité de France Info, Jean-Luc Mélenchon s'est livré à une charge contre la réforme du code du travail. Selon le cofondateur du parti de gauche, "toute personne de gauche est contre".

Pour Jean-Luc Mélenchon, le projet de réforme du code du travail de Myriam El-Khomri est "une loi qui nous ramène au 19e siècle". Sur France Info, le co-fondateur du Front de gauche estime que "ce n’est pas une partie de la gauche qui se lève contre cette loi. C’est toute personne de gauche qui est contre". "On ne peut être pour cette loi que si on est de droite", assène le candidat déclaré à la présidentielle de 2017.

Faisant référence à l’histoire, Jean-Luc Mélenchon rappelle qu’en 1927, la gauche faisait adopter la retraite à 65 ans,  il ajoute : "Grâce à Hollande, c’est 66 ans ." Jean-Luc Mélenchon s’en prend aussi à la réduction du temps de repos obligatoire entre deux journées de travail et conclut : "On ose dire que c’est un gouvernement de gauche qui fait ça ? Non, c’est pas un gouvernement de gauche. C’est un gouvernement conservateur, réactionnaire, de droite très très très avancée." Pour Jean-Luc Mélenchon, "ces gens-là sont en train d'esclavagiser", les travailleurs.

Réforme de l'Unedic "une absurdité"

"Moins indemniser les gens quand il y a plus de chômeurs et que le chômage dure plus longtemps" est une "absurdité", estime Jean-Luc Mélenchon, alors que débutent les négociations pour renflouer l'Unedic, l'organisme en charge de l'assurance-chômage.

A la politique menée par François Hollande, "une politique de l'offre" qui revient, selon lui, à dire "produisez n'importe quoi, n'importe comment", Jean-Luc Mélenchon oppose une politique de la demande qui consiste à "remplir des carnets de commande en partant des choses qu'il y a à faire. On commence par se demander : de quoi a-t-on besoin ? On commence à le faire, ça ça crée de l'emploi."