Nathalie Kosciusko-Morizet : "Il faut envisager une perpétuité réelle" pour les terroristes

L'interview politique par Yaël Goosz jeudi 24 mars 2016
écoute bientôt disponible
Le jeudi 24 mars 2016

Nathalie Kosciusko-Morizet, députée Les Républicains de l'Essonne, a réaffirmé jeudi sur France Info son souhait d' "une perpétuité réelle" pour les terroristes.

"La perpétuité réelle n'existe pas. Un prévenu peut être condamné à la réclusion criminelle à perpétuité mais elle est assortie d'une peine de sûreté. A l'issu de cette peine de sûreté, il peut demander des aménagements de peine et être libéré. La peine de sureté pour les terroristes  est de 22 ans au maximum (…) Il faut envisager une perpétuité réelle", a insisté la députée.

Nathalie Kosciusko-Morizet a soulevé la question de la jeunesse des terroristes : "Avec une peine de sûreté de 20 ans, ils auront la quarantaine quand ils pourront demander leur libération." Puis, elle a pointé une forme de terrorisme plus dissimulatrice : "La demande de libération se fait sur la base du bon comportement en prison. Or, c'est un terrorisme qui se dissimule. (…) Ce sont des détenus extrêmement dociles qui ont le comportement idéal en prison" a-t-elle expliqué.

La Convention européenne des droits de l'homme souligne l'importance qu'il y ait une perspective de sortie pour les détenus. Pour NKM, "c'est la cas dans le système français grâce à la grâce présidentielle".  "On peut considérer que c'est une perspective de sortie", a-t-elle ajouté.

Nathalie Kosciusko-Morizet a précisé qu'il n'y avait "pas de deal" avec le gouvernement sur cette proposition après l'échec d'un consensus parlementaire sur la déchéance de nationalité. Manuel Valls et Ségolène Royal se sont montrés ouverts mercredi sur la question de la perpétuité réelle pour les terroristes : "C'est une bonne chose. Si ça pouvait être quelque chose de consensuel, ça serait aussi bien", a estimé la députée Les Républicains

Taxe sur le halal

Par ailleurs, NKM a réclamé la mise en place d'une taxe sur "le halal" pour financer l'islam de France. "Tous les ministres de l'Intérieur de droite et de gauche - ce n'est pas un sujet partisan - expliquent qu'il faut un islam de France, c'est à dire des mosquées qui ne soient pas financées par des Etats du Maghreb ni par l'Arabie Saoudite. Or personne ne se donne les moyens. Donc aujourd'hui les mosquées sont financées par les pays du  Maghreb et l'Arabie Saoudite", a expliqué la candidate déclarée à la primaire à droite.

"Je propose que ce soit sur la base d'une redevance sur la halal. Une redevance qui serait par exemple gérée par la fondation pour les œuvres de l'islam qui avait été créée dans le temps pour trouver des financements français aux mosquées", a détaillé la députée de l'Essonne.

NKM estime que "ça aurait du sens" et "ça ne serait pas inédit. C'est quelque chose qui existe dans la communauté juive sur le casher, il y a une taxe" a-t-elle précisé.