El Khomri : la surtaxation des CDD et le temps de travail des apprentis sont "sur la table"

L'interview politique par Jean-François Achilli jeudi 10 mars 2016
écouter l’émission disponible jusqu'au 04/12/2018
Le jeudi 10 mars 2016

Myriam El Khomri, ministre du Travail, a confirmé jeudi sur France Info que la surtaxation des CDD et le temps de travail des apprentis sont "sur la table" des négociations. Deux concessions révélées par France Info. "Je ne suis là pour commenter les chiffres. (...) Je ne vois pas l'intérêt. Il y a une mobilisation, elle est là il faut l'entendre", a ajouté la ministre.

Myriam El Khomri, ministre du Travail, a confirmé deux pistes révélées par France Info sur la surtaxation des CDD et le temps de travail des apprentis.  Elle a indiqué qu'elle pourrait abandonner l'une des mesures les plus contestées du projet de loi de réforme du Code du Travail. Il s'agit de l'allongement du temps de travail des apprentis : "Cette question a provoqué des questionnements légitimes, c'est sur la table pour retirer cette proposition", a déclaré la ministre. 

Myriam El Khomri a également confirmé une possible surtaxation des CDD : "En effet, dans la discussion avec les partenaires sociaux sur la nouvelle convention assurance-chômage, la question est posée sur la table. (...) Cela vise à encourager le recrutement en CDI, la proposition existe. (...) C'est en corrélation avec ce projet de loi qui vise à réduire la précarité".

"Il y a une mobilisation, elle est là il faut l'entendre"

La ministre du Travail n'a pas voulu commenter l'ampleur de la mobilisation de mercredi contre le projet de réforme du Code du Travail : 225.000 manifestants partout en France, selon le ministère de l'Intérieur, 500.000 selon les syndicats. "Je ne suis là pour commenter les chiffres. (...) Je ne vois pas l'intérêt. Il y a une mobilisation, elle est là il faut l'entendre", a réagi la ministre. Elle s'est dite inscrite "dans une démarche de dialogue, d'écoute, c'est le sens des cinq jours supplémentaires que nous avons pris pour rencontrer l'ensemble des organisations syndicales et patronales".

"Je ne suis pas là pour m'apitoyer sur mon sort"

Alors que Myriam El Khomri est sous le feu des critiques depuis qu'elle défend le projet de loi de réforme du Code du Travail, la ministre de Travail a déclaré qu'elle "vit très bien". "Je ne suis pas là pour m'apitoyer sur mon sort", a indiqué la ministre ajoutant qu'elle n'est "pas d'un milieu où on s'apitoie sur son sort". Myriam El Khomri veut "avancer" car elle souhaite que son "nom soit associée à une réforme juste et nécessaire". "Ce sera le cas le moment venu", a t-elle ajouté. Myriam El Khomri a expliqué qu'elle avait été nommée "non pas pour annoncer les chiffres du chômage mais pour régler la situation de l'emploi dans notre pays". "Quand on regarde que près de 90% des embauches se font en CDD, que les personnes qui en sont le plus victimes ce sont les jeunes, les femmes, quand on regarde ces situations-là, on se dit qu'il faut les traiter (...) il faut agir", a estimé la ministre du Travail.

Myriam El Khomri sur son ex-conseiller stratégie : "C'est un militant proche de Jean-Luc Mélenchon"

Myriam El Khomri a désavoué son ancien conseiller stratégie qui a démissionné de son poste fin février pour protester contre le projet de loi de réforme du Code du travail. "Pierre Jacquemain est un militant proche de Jean-Luc Mélenchon. Je ne suis pas là pour venir commenter son plan média", a déclaré la ministre du Travail.

Pierre Jacquemin avait expliqué jeudi dernier sur France Info sa décision en estimant que le texte était une erreur à tous les niveaux. "C'est surtout une erreur politique pour Myriam El Khomri et pour ce gouvernement et pour les Français. Et surtout, c'est une erreur pour la gauche. Ils ont trahi la gauche". Pierre Jacquemin avait ajouté que Myriam El Khomri n'était pas "en phase avec ses propres convictions". "Je pense sincèrement que le Premier ministre entraîne la ministre du Travail dans le mur, et les Français avec", avait-t-il conclu.