Anne Hidalgo : l'arrestation de Salah Abdeslam est "un soulagement"

L'interview politique par Jean-François Achilli lundi 21 mars 2016
écouter l’émission disponible jusqu'au 15/12/2018
Le lundi 21 mars 2016

Anne Hidalgo, maire PS de Paris, a expliqué lundi sur France Info que l'arrestation de Salah Abdeslam "a été un soulagement". "J'ai pensé aux familles des victimes. Elles vont pouvoir avoir face à elles un des auteurs de ces attentats terribles. Le procès pourra avoir lieu", a-t-elle ajouté.

Anne Hidalgo, maire de Paris, a dit lundi sur France Info avoir vécu l'arrestation de Salah Abdeslam comme "un soulagement". "Ca été un soulagement. J'ai pensé aux familles des victimes. Elles vont pouvoir avoir face à elles un des auteurs de ces attentats terribles. Le procès pourra avoir lieu. Une personne sera là et maintenant il faut qu'on puisse avoir un maximum d'informations", a-t-elle expliqué. 

La maire socialiste de Paris a pointé le rôle des réseaux dans la cavale de Salah Abdeslam : "C'est vrai qu'il y a des réseaux de solidarité familiaux, sûrement aussi de petite délinquance qui ont joué. (…) Ce qui est sûr, c'est que la forme très communautariste d'organisation de la ville de Molenbeek est un sujet. C'est sans aucun doute cette forme-là qui a, entre guillemets, protégé non seulement l'auteur des attentats mais aussi beaucoup d'autres avant".  "Cela nous pousse à travailler, à réfléchir et à faire en sorte que ces formes très communautaristes d'organisation qui peuvent exister dans certaines villes soient combattues", a-t-elle ajouté. Pour cela, "nous avons les outils, les valeurs de la République", a estimé Anne Hidalgo.

Propos de Marion Maréchal-Le Pen sur le 13/11 : "C'est de la stupidité, c'est de la bêtise"

"C'est de la stupidité, c'est de la bêtise", a réagi Anne Hidalgo, après les propos de Marion Maréchal-Le Pen dimanche, jugeant qu'avec le Front national, "il n'y aurait pas eu de 13 novembre". "Comment peut-on donner deux heures de parole [Marion Maréchal-Le Pen était l'invitée de BFM Politique-NDLR] à une personne qui a une pensée aussi dramatiquement tragique, antirépublicaine et d'une stupidité qui s'est illustrée encore", a commenté la maire de Paris.

Quand on lui rappelle que Marion Maréchal-Le Pen a été élue : "Oui elle est élue, c'est vrai, vous avez raison. Elle est élue. On lui a donné la parole. On a vu le degré de stupidité, j'espère que cela servira de leçon", a-t-elle ajouté.

Centre d'hébergement pour SDF dans le XVIe : "On va le faire ! Comptez sur moi !"

Le maire de Paris a confirmé que le projet de centre d'hébergement d'urgence pour les sans-abri dans le XVIe arrondissement se fera. "Bien sûr qu'on va le faire ! Comptez sur moi !", a-t-elle lancé. Elle a rappelé que "le XVIe arrondissement est le seul arrondissement de Paris à ne pas avoir de centre d'hébergement d'urgence. Paris et chaque arrondissement de Paris doit être solidaire."  

Anne Hidalgo a demandé aux habitants du XVIe de vivre "avec leur siècle". "Qu'ils arrêtent d'avoir ces peurs totalement irrationnelles". "Ouvrez-vous ! Votre arrondissement est magnifique. Paris vous aime mais soyez un peu plus Parisiens", a-t-elle lancé aux habitants du XVIe. La maire socialiste de Paris a tenu à faire une distinction entre les habitants de l'arrondissement. "Beaucoup d'habitants du XVIe, qui est un très bel arrondissement, ont honte de l'attitude d'une partie qui s'est illustrée" contre le centre d'hébergement d'urgence, a estimé Anne Hidalgo.

Nouvelles limites UE d'émissions diesel : une décision "coupable"

Anne Hidalgo a jugé "coupable" la décision du Parlement européen d'assouplir les tests d'émission de gaz polluants par les moteurs diesel à partir de septembre 2017. C'est "un non-sens", a-t-elle estimé. En réaction, Anne Hidalgo et une vingtaine de maires européens ont lancé une pétition qui a recueilli 62.000 signatures en quatre jours. Cette pétition a pour but d'"informer pour dire à la population qu'il se passe une mobilisation d'un lobby qui va à l'encontre de la santé publique. Moi ce qui m'importe c'est la santé de nos habitants", a expliqué la maire de Paris.

Anne Hidalgo a pointé le rôle des lobbys industriels qui "ont dû jouer à plein". "C'est quand même terrifiant. Apres la COP 21 où on s'est tous engagés, ou il y a un accord historique conclu à Paris. (…) Après cela, on assiste à quoi ? A un lobby d'industriels qui obtiennent d'une commission d'experts européenne que l'on puisse déroger aux règles relatives aux oxydes d'azote de 110% , c’est-à-dire un permis de polluer qui est donné. Et le Parlement européen, avec certes une majorité un peu courte, mais qui autorise ces dépassements", a-t-elle ajouté.