Sapin répond à Royal : impossible de ne taxer que les poids lourds étrangers

L'interview politique par Jean-François Achilli lundi 20 octobre 2014
écouter l’émission disponible jusqu'au 15/07/2017
Le lundi 20 octobre 2014

Le ministre des Finances était ce lundi l'invité de France Info. Il a retoqué la dernière proposition de Ségolène Royal pour remplacer l'écotaxe, celle d'imposer une vignette sur les poids lourds étrangers. Il a aussi commenté les déclarations de Martine Aubry.

Le ministre des Finances a rejeté, lundi sur France Info, la dernière idée de Ségolène Royal pour remplacer l'écotaxe : "En Europe on ne taxe pas un camion étranger parce qu'il est étranger. On taxe un camion parce qu'il est étranger ou français parce qu'il traverse la France. On peut mettre en place un système de vignette. Oui mais quelle que soit leur origine".

Invitée de BFM-TV ce dimanche, la ministre de l'Energie et de l'Ecologie avait en effet posé "le problème des camions étrangers en citant l'exemple d'un poids lourd qui "fait son plein en Belgique, traverse toute la France pour arriver en Espagne sans avoir payé la taxe sur le gazole, ce qui n'est pas juste". Elle a évoqué l'hypothèse "d'une vignette ou une interdiction de prendre les routes nationales avec obligation d'emprunter les autoroutes."

Critiques de Martine Aubry : "Que chacun apporte sa pierre pour réussir" 

"Chacun s'exprime, (Martine Aubry) le fait avec la force qui est la sienne, elle est parfaitement légitime pour le faire" a d'abord réagi Michel Sapin après les vives critiques ce week-end de l'ex-patronne du PS. Mais sur le fond, et comme François Hollande et Manuel Valls, le ministre des Finances répond par un "non" aux demandes d'inflexion de Martine Aubry :  "Est-ce qu'on va, comme certains l'interprètent, mais je ne pense pas que ce soit forcément  la volonté de Martine Aubry tout d'un coup faire un tête-à-queue? Est-ce qu'on va après avoir dit que notre objectif c'était d'appuyer les entreprises pour leur permettre d'investir et d'embaucher, tout d'un coup se retirer? La réponse est non."

Et Michel Sapin d'insister : "On est à mi-mandat. Est-ce que c'est à mi-mandat que tout d'un coup on change de cap. On n'aurait que des inconvénients. La seule solution aujourd'hui c'est de réussir la politique qui est menée. Et je pense qu'il serait bon que chacun apporte sa pierre pour réussir cette politique".