Touraine : les cliniques "veulent le beurre et l'argent du beurre"

L'interview politique par Jean-François Achilli vendredi 12 décembre 2014
écoute bientôt disponible
Le vendredi 12 décembre 2014

Invitée ce vendredi de France Info, la ministre de la Santé a répondu aux critiques sur son projet de loi alors que les principaux syndicats de médecins appellent à la grève pendant les fêtes. Elle dénonce des "contre-vérités".

 "Il y a des inquiétudes qui s'expriment, des oppositions mais  aussi des contre-vérités.  Lorsqu'on affirme qu'on ne pourra plus choisir son médecin traitant, c'est faux. Quand on dit que les cliniques ne seront plus financées par la sécurité sociale, c'est faux assure la ministre de la Santé" Et elle s'explique : "Il s'agit simplement de dire que si on veut avoir l'étiquette service public hospitalier, alors il y a des règles à respecter. Ce que demandent certains du côté des cliniques, c'est d'avoir le beurre et l'argent du beurre. Ce que je veux moi, c'est que les patients, lorsqu'ils poussent la porte d'un établissement de santé, connaissent les conditions dans lesquelles ils vont être soignés. Si c'est le service public hospitalier, ils savent qu'il n'y aura pas de dépassements d'honoraires, s'ils poussent la porte d'une clinique, ils savent qu'ils doivent discuter avec les médecins, pour savoir à quelles conditions ils doivent être soignés".

Et elle se dit convaincue qu'il y aura des "médecins pendant les fêtes" malgré l'appel à la grève des deux principaux syndicats de médecins pour les fêtes de fin d'année. 

 

Sur l'homosexualité d'un homme politique révélée par Closer : "Méprisable"

Marisol Touraine a aussi jugé "méprisables" les révélations de Closer sur l'homosexualité d'un homme politique : "Je le regrette. Je considère que les photos volées, les informations divulguées sur la vie de personnalités publiques qui ne souhaitaient pas les rendre publiques, tout cela est assez méprisable".