Fabius : l'attaque de Marioupol changerait la donne "en matière de sanctions"

L'interview politique par Jean-François Achilli mercredi 25 février 2015
écoute bientôt disponible
Le mercredi 25 février 2015

Invité de France Info ce mercredi, le ministre des Affaires étrangères a réagi à la situation ukrainienne mais aussi à l'enlèvement d'une Française au Yémen : "Tous les services sont mobilisés".

"Tous les services sont mobilisés" a assuré Laurent Fabius à propos de la Française enlevée au Yémen. Le ministre des Affaires étrangères a réitéré son appel à évacuer ce pays : "Il reste un certain nombre de Français (au Yémen). On ne peut pas les obliger à partir mais je redis l'ordre d'évacuation qu'on avait donné il y a deux semaines. C'est un pays extrêmement dangereux." 

En Ukraine, "le cessez-le-feu est dans l'ensemble relativement appliqué" a estimé Laurent Fabius. "Mais on l'a dit clairement aux Russes, s'il y avait une attaque des séparatistes en direction de Marioupol, les choses seraient complètement bouleversées en terme de sanctions". Et notamment au niveau européen.

 "Nous sommes sur une ligne de fermeté mais nous prônons la désescalade"

Mais alors que le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé l'envoi le mois prochain de soldats en Ukraine pour entraîner et conseiller l'armée du gouvernement de Kiev, le ministre français des Affaires étrangères a refusé d'envisager de faire la même chose. "Les Britanniques qui ne font pas partie des discussions ont une attitude extrêmement dure. Nous nous sommes sur une ligne de fermeté mais nous prônons la désescalade".