Restreindre l’accès aux gares : difficilement applicable pour le PDG de Transdev

L'interview éco par Jean Leymarie mercredi 23 mars 2016
écoute bientôt disponible
Le mercredi 23 mars 2016

Le renforcement des contrôles dans les gares après les attentats de Bruxelles pourrait poser des problèmes de mise en place, estime le PDG de Transdev.

Au lendemain des attaques qui ont visé un aéroport et le métro bruxellois, le PDG de l'entreprise de transports en commun Transdev, invité de L'interview éco ce mercredi sur France Info, est revenu sur les mesures de sécurité dans les transports en commun.

"Contrairement à la SNCF et à la RATP, nous n'avons pas de corps de sécurité assermenté", a expliqué Jean-Marc Janaillac. "Nous travaillons avec la police nationale, la police municipale et la gendarmerie. Nous avons récemment nommé un directeur de la sûreté issu de la police nationale pour coordonner nos actions avec celles des polices et mettre en place des actions de prévention et de vigilance."

Alors que le gouvernement veut réserver l'accès aux gares et gares routières aux personnes munies d'un billet ou d'une pièce d'identité, Jean-Marc Janaillac considère que ce ne sera pas sans poser un certain nombre de problèmes, notamment pour les gares de banlieue et les gares routières, très ouvertes. "Une règle générale ne me paraît pas applicable. Il faut regarder au cas par cas", a déclaré le patron de Transdev.