Les monnaies locales gagnent en crédit

Ici comme ailleurs par Lucie Montchovi mercredi 25 septembre 2013

Il faut remonter au Moyen Age pour voir que les
monnaies locales était courantes en Europe : un évêque, un seigneur ou même
une ville pouvaient "battre monnaie".

Face à leur succès grandissant, les banques font pression sur les Etats pour les interdire. Mais elles reviennent avec la crise de 1929, en Allemagne, en Autriche puis en Suisse.

Aujourd'hui, une cinquantaine de pays ont une voir plusieurs monnaies locales.

C'est le cas de l'Allemagne. Une soixantaine de communes vivent au rythme des monnaies locales. On retrouve par
exemple le "Chiemgauer" Outre-Rhin.

Au Brésil, certains habitants
des favelas peuvent régler leur achat grâce au " Palmas"  .

Autre
exemple à Ithaca, une petite ville dans l'Etat de New York, là où le dollar est
roi, il y a "l'Itaca Hours". Une monnaie locale qui
sévit depuis plus de 20 ans auprès de 1500 boutiques et entreprises, brassant
par la même occasion l'équivalent de 2 millions de dollars.

En France, il exsite une trentaine de monnaies locales ou complémentaires comme nous le décrit Philippe Derruder, auteur du livre "Les monnaies locales et complémentaires: Pourquoi, comment? " aux éditions Yves Michel.