Innover en copiant la nature

Hyper revue de presse par Jules Lavie mardi 8 juillet 2014
Un morpho d'Amazonie. © Adrian Hepworth/Photoshot/Maxppp

De plus en plus de scientifiques prennent modèle sur la nature : des ailes des oiseaux pour créer des avions, de la peau des requin pour inventer des combinaisons de plongée. La Croix consacre ce mardi deux pages à la bio-inspiration.

Le bio-mimétisme (ou bio-inspiration), est le fait de s'inspirer de la nature pour créer. Un seul exemple : le secret des ordinateurs du futur se cache peut-être dans les ailes d'un papillon d'Amazonie. Le morpho d'Amazonie, aux longues ailes bleues. L'idée serait de remplacer l'électronique des ordinateurs par la photonique, la science de la diffusion de la lumière.

Le chantier est immense. "L’idée, à terme, est de construire des ordinateurs plus performants, en remplaçant l’électronique par la photonique", explique Serge Berthier, professeur de physique et chercheur à l’Institut des NanoSciences de Paris (Jussieu). "Mais pour cela, on doit être capable de manipuler la lumière !" Il faudrait en résumé créer des cristaux photoniques comme ceux présents dans les ailes du morpho.

Les exemples fourmillent de produits ou procédés directement issus de l’observation de la nature rappelle La Croix. Par exemple la combinaison de plongée « en peau de requin » ou encore les ailes recourbées des avions à l’image des ailes d’oiseaux en vol. La Croix rappelle qu'au XVe siècle, Léonard de Vinci disait déjà : "prenez vos leçons dans la nature, c'est là qu'est notre futur." 

Une promenade à l’origine du Velcro

Et justement, dans le cadre d'une série d'été sur l'innovation Les Echos nous racontent ce matin l’histoire de l’invention du Velcro. En 1941, un ingénieur suisse, Georges de Mestral, rentre d'une promenade. Il a du mal à enlever des chardons accrochés à ses vêtements. Il les observe au microscope. Et là, il voit de minuscules hameçons qui s'accrochent aux boucles des mailles de ses vêtements. L'inventeur a tout de suite l'idée de deux bandes de coton, l'une avec des crochets, l'autre avec des bouclettes. Ensuite, il faudra 10 ans pour développer le Velcro, en partenariat avec des Français. Velcro qui est un acronyme de "velours crochet". 

L'image du jour 

Avec Thomas Jamet, président de l'agence de communication Moxie, et enseignant à Sciences-Po. Image d'un boîtier, Petcube, développé par une entreprise américaine. Boîtier qui sera vendu dans quelques semaines et qui est censé permettre de communiquer à distance avec son animal de compagnie.