To be or not to be ? Les Verts au gouvernement (1988-2015)

Histoires d'Info par Thomas Snégaroff mardi 7 avril 2015
Brice Lalonde est le premier écologiste à avoir été nommé ministre dans un gouvernement © Maxppp

Les débats actuels sur l'entrée de Verts dans le gouvernement de Manuel Valls ne sont pas nouveaux. A la fin des années 1980, les Verts avaient tranché...

Retour en juillet 1988. François Mitterrand a été élu en mai pour un second septennat. Le Premier ministre Michel Rocard a constitué rapidement son gouvernement et a nommé pour la première fois un écologiste, Brice Lalonde au poste de secrétaire d’Etat en charge de l’environnement… Le 27 juillet 1988,  les Verts s’étranglent en écoutant la radio…

 

"Les essais nucléaires à Mururoa sont sans dangers pour l'environnement" a déclaré depuis l'Australie Brice Lalonde...

 

Il faut préciser que Brice Lalonde n’est pas membre des Verts, ce parti officiellement fondé en 1984. Un parti dirigé par Antoine Waechter qui a imposé l’idée du ni-ni, ni de gauche ni de droite et qui pose des conditions très strictes à la participation des écologistes au gouvernement…Il est invité de L’Heure de Vérité sur Antenne 2 en 1989 :

"Nous ne voulons pas vendre notre âme pour avoir des postes ministériels et être ensuite tout simplement des ministres cautions"

 

Et le portefeuille de Brice Lalonde est pour lui l’exemple même du reniement des convictions pour un poste ministériel.
Pourtant Brice Lalonde lui-même, comme tant d’écologistes qui lui succéderont au pouvoir, se plaint subitement de ne pas être écouté au gouvernement. Nous sommes en avril 1990, à cette date il est pourtant devenu ministre.

Ça fait vingt ans que je m'occupe d'environnement et deux ans que je suis au gouvernement. Maintenant je propose un plan, je propose des réformes, et chaque fois que je dis quelque chose on dit "Ah qu'est-ce qu'il dit celui-là...".

 

Et pourtant, Lalonde restera au gouvernement encore deux ans.

Ayant rompu avec la stratégie Ni-Ni de Waechter en 1994, en passant des accords avec les socialistes, les Verts occuperont quelques postes ministériels…mais Dominique Voynet, Cécile Duflot ou Pascal Canfin quitteront déçus ou en colère leurs maroquins, n’ayant pu faire avancer leurs projets…relançant le débat lancé il y a plus de 25 ans chez les écologistes : faut-il ou non entrer au gouvernement?