La vigne qui tue

France Info - Revue XXI par Marie Bernardeau dimanche 6 avril 2014

Michel Bessaguet commence à s'intéresser au
sujet, après la lecture d'un petit article dans un journal local en février
2013. Il découvre que la France est championne d'Europe dans la consommation
des pesticides, avec 62.700 tonnes utilisées chaque année, dont 20% uniquement
pour la viticulture. Un chiffre en constante augmentation.

Il suit alors le combat d'une ouvrière
agricole, Marie-Lys, 35 ans qui a osé briser l'omerta qui règne dans la région,
pour faire reconnaître la maladie professionnelle de son frère, mort à 47 ans
d'un cancer après avoir manipulé des pesticides depuis l'âge de 14 ans.
Elle-même a fait des tests. Elle a plusieurs perturbateurs endocriniens et des
éléments cancérigènes dans le corps et sa fille a une malformation de l'urètre.
Elle lui explique que les ouvriers viticoles pulvérisent les pesticides dans
les vignes sans protection et que les riverains ne sont pas prévenus de leur
passage.

Michel Bessaguet cherche des témoignages en
vain. Le sujet est "tabou, caché, dissimulé, enfumé par les institutions
agricoles
", raconte-t-il. Il déniche des "rapports scientifiques
ensilés
" et trouve des choses bouleversantes. Dans une mission
d'information, les sénateurs ont reconnu la dangerosité de ces produits pour la
santé, mais aucune décision concrète n'a été prise par le gouvernement. Le
journaliste met en cause le poids du lobby agricole et dénonce les liens entre
la FNSEA, le puissant syndicat agricole et l'UIPP, l'union des industries de la
protection de plantes, qui regroupe les fabricants de pesticides.

Pour
lui si rien n'est fait rapidement, il faut craindre une catastrophe sanitaire
majeure, comme pour l'amiante.