Le top 20 en tête

France Info golf par Fabrice Rigobert samedi 13 février 2016
écouter l’émission disponible jusqu'au 08/11/2018
Gary Stal
Gary Stal © Radio France Fabrice Rigobert

Il incarne lui aussi la relève du golf tricolore. A 24 ans, il vient de les fêter cette semaine, Gary Stal est avec Victor Dubuisson et Alexander Lévy, l’un des golfeurs français les plus prometteurs. Il évolue pour la troisième année de suite sur le circuit européen, l’élite du golf sur le vieux continent.

 Il est presque né avec un club dans les mains. Son père, lui-même joueur de bon niveau, l’a en effet initié dès l’âge de quatre ans en l’emmenant sur les parcours à Villette d’Anthon, au golf club de Lyon, et c’est ce sport qu’il a choisi de privilégier ensuite après s’être essayé au tennis, au karaté, au ski ou encore à la planche à voile.
Le golf s’est imposé comme une évidence au point d’arrêter son cursus scolaire très tôt, avec l’approbation de son père, Georges Stal.
"Quand il m’a dit à 16 ans, papa je veux faire du golf, j’ai dit ok c’est bien, mais il ne faut pas que tu imagines que tu vas te lever à 10 heures pour aller taper la balle avec tes copains. Je lui ai dit, il va falloir que tu fasses ça comme un autre métier, plombier, garagiste, vétérinaire, médecin ou n’importe quoi. Il va falloir te lever le matin à 7 heures, aller au golf, faire tes quatre ou cinq heures, déjeuner à midi, repartir à 13 heures et l’après-midi golf et sport le soir. A partir de là, je lui ai dit : Tu as la nuit pour réfléchir. Le lendemain, il m’a répondu: "je fais ça" et c’est vrai que depuis huit ans je n’ai jamais eu à lui dire, Gary Il faut aller bosser ! Je sais que dans sa tête, il sait où il veut aller. Entre parenthèse, il veut être le numéro un voilà".

 Gary Stal n’est pas un pur produit du système fédéral

Il s’est construit un peu à l’écart, guidé et entraîné par son père, ancien patron d’une société spécialisée dans la démolition automobile à Lyon. Il a su s’entourer progressivement en choisissant un préparateur physique à 15 ans, un entraîneur à 19 ans, un préparateur mental à 20 ans, et un agent à 21 ans. Professionnel depuis quatre ans, cet amoureux de la nature, amateur de pêche et de chasse, est quelqu’un de discret. N’attendez pas de lui qu’il dise qu'il va écraser tout le monde. Son discours est mesuré.
"Évidemment on a envie de bien faire tout le temps, explique Gary Stal, mais c’est difficile d’être au top tout au long de l’année, car on sait qu’il va y avoir des creux. L’objectif est d’être régulier pour gagner des tournois. Chaque année il y a des gros tournois, les majeurs, les WGC, et puis les JO cette année, la Ryder Cup. Franchement la saison est longue et il faut se focaliser sur son jeu. Plus on joue bien et plus on a de chances de gagner et c’est ça le plus important au golf".

Il a remporté son premier tournoi devant McIlroy

Plein d’humilité, Gary Stal s'est imposé sur le circuit européen l’année dernière à Abu Dhabi avec un coup d’avance sur l'actuel numéro 2 mondial, Rory McIlroy. Son agent, Lawrence Lewinson, le voit atteindre les sommets.
"Je trouve que Gary est le futur du golf. Il a tout dans son jeu, la précision, la hargne et la patience surtout. Là, il est en plein progrès. La prochaine étape, c’est de gagner un autre tournoi et là il n’est pas loin, et après ça, c’est participer aux majeurs, et éventuellement en gagner bien sûr".

137e du classement mondial, numéro trois français, Gary Stal va jouer en Malaisie la semaine prochaine avant de se déplacer en Australie.