A Gaza, ils en appellent à la générosité des internautes pour se marier

En direct du monde par Aurélien Accart jeudi 25 février 2016
écouter l’émission disponible jusqu'au 20/11/2018
illustration pretexte
illustration prétexte © Fotolia

Se marier, ça coûte cher, et dans les territoires palestiniens plutôt très conservateurs en terme de moeurs, c'est le passage obligé avant de s'installer avec l'être aimé. Mais vu le niveau de chômage, le mariage devient un luxe, d'où l'idée d'un jeune couple de gazaouis d'en appeler au "crowfunding" pour réussir à convoler.

Hakim et Falestin sont tous les deux âgés de 27 ans et ils habitent à Gaza. Le couple a décidé il y a un mois de lancer une campagne de financement en ligne sur la plateforme gofundme.com.
Les deux amoureux espère récolter 9.000 dollars afin de se marier. Ils ont fait le calcul en incluant la robe de mariée, la location de la cérémonie, les repas pour les invités mais aussi acheter quelques meubles pour leur futur appartement. Ils ont pourtant des métiers qui devrait rendre possible ce mariage. Hakim est architecte et sa future femme Falestin est ingénieure en informatique.
Mais ils expliquent sur la page internet qu'ils ont créé que vu la situation économique dans la bande de Gaza : ni l'un, ni l'autre n'a pu trouver un emploi. Le taux de chômage dans l'enclave sous blocus israélien et égyptien frôle les 50%. Impossible réunir la somme, mais impensable, dans une société gazaouis très conservatrice, de s'installer ensemble sans avoir la bague au doigt. C'était déjà mal vu avant 2007 et la prise du pouvoir du Hamas mais cette tendance s'est renforcée depuis l'arrivée du parti islamiste.

De nombreux couples sont confrontés au même problème

D'où l'idée de recourir au crowfunding, et en quelques semaines, ils ont presque réuni la somme, grâce à la générosité d'internautes du monde entier. Sauf qu'ils sont loin d'être les seuls dans cette situation. Sans emploi, de nombreux jeunes gazaouis ne peuvent se payer un mariage. Beaucoup de jeunes femmes célibataires, faute de choix, épousent des hommes plus vieux, parfois déjà mariés. Les autorités n'ignorent rien de ce problème et pour répondre au problème, elles organisent des mariages de masses. Deux immenses cérémonies ont eu lieu l'an dernier à Gaza.
La première a été financée par le Hamas, et la seconde par l'Autorité Palestinienne. Mais là encore, rien n'est simple: pour faire partie des couples choisis, il fallait être membre d'un de ces mouvements politiques, qui se servent de ce moyen de pression pour s'assurer le soutien d'une large partie de la population.