Le faux débat sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Chronique du ciel par Frédéric Beniada dimanche 14 février 2016
écouter l’émission disponible jusqu'au 09/11/2018
Projet de la tour de contrôle de l’aéroport du Grand-Ouest – Notre-Dame-des-Landes ©  dp-architectes
Projet de la tour de contrôle de l’aéroport du Grand-Ouest – Notre-Dame-des-Landes © dp-architectes

Polémique autour du référendum local annoncé par François Hollande sur le futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Un référendum qui ne satisfait personne, ni les opposants, ni les partisans. D’autant que Notre-Dame-des-Landes n’est pas un sujet d’intérêt local mais bien national.

C’est un paradoxe. Le futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes provoque l’opposition de la part de ceux là-mêmes qui veulent limiter le développement de l’actuelle plate-forme de Nantes-Atlantique pour des questions de nuisances sonores et de sécurité. A l’exception de quelques récupérations politiques et d’une manipulation évidente des altermondialistes, la cause défendue par les uns et les autres est pourtant la même : le souci de l’environnement.

Nantes Atlantique : une seule piste très mal orientée

Depuis la création, en 1999, sous le gouvernement Jospin, de l’ACNUSA, l’Autorité de contrôle des nuisances aéroportuaires, une instance totalement indépendante, les plaintes des riverains se sont multipliées et les amendes ont été lourdes pour les compagnies aériennes.

L’aéroport de Nantes-Atlantique est équipée d’une seule piste très mal orientée, en direction du centre-ville
L’aéroport de Nantes-Atlantique est équipée d’une seule piste très mal orientée, en direction du centre-ville © Service de l'information aéronautique

Et pour une raison simple : L’aéroport de Nantes-Atlantique est équipé d’une seule piste très mal orientée, en direction du centre-ville, mal orientée également par rapport aux vents dominants. Résultat, les jours ou les vents soufflent de secteur Ouest ou Sud-Ouest, l’approche des avions s’effectue par le Nord, avec le survol d’une partie de la ville. C’est plus de 50% des cas.

Une nuisance réelle pour plus de 42.000 nantais. La nuit du 21 mars 2004, on a d’ailleurs frôlé la catastrophe, lorsque suite à une série d’erreurs de pilotage, par mauvais temps, un appareil d’une compagnie égyptienne a failli s’écraser sur un immeuble de la ville. Quant à l’approche par le Sud, elle passe juste au-dessus d’une des plus grandes étendues d’eau douce de France, qui abrite Natura 2000, une importante réserve ornithologique et piscicole. 

L'arrivée des compagnies low cost a fait doubler le nombre de passagers en 10 ans
 

Et si l’aéroport de Nantes-Atlantique, argument des opposants, n’est aujourd’hui pas complètement saturé, l’arrivée de compagnies "low cost", comme Ryanair, Vueling, Easy Jet, et plus anciennement Flybe, a fait doubler son nombre de passagers en 10 ans. Selon les chiffres de l’Union des Aéroports Français, Nantes-Atlantique a accueilli en 2015, près de 4,4 millions de passagers.
Et ne nous méprenons pas, Notre Dame des Landes ne sera ni Dubaï, ni Charles de Gaulle, mais un aéroport avec de nouvelles normes de construction, dont forcément plus écologique et dont la capacité sera limitée à 9 millions de passagers.

Projet du ​futur aéroport du Grand Ouest à ​Notre-Dame-des-Landes © JFA-artefactory
Projet du ​futur aéroport du Grand Ouest à ​Notre-Dame-des-Landes © JFA-artefactory

Vous avez dit bourbier ? Guêpier ? Notre-Dame-des-Landes ? A qui la faute. Sans doute, aux gouvernements successifs qui depuis 50 ans, n’ont cessé de faire un pas en avant et puis deux en arrière sans réellement en expliquer les enjeux à long terme, et non pas selon les échéances électorales.

En attendant la semaine prochaine, vous pouvez retrouver plus de Chroniques du ciel sur notre page Facebook et sur notre compte Twitter.