Le surpoids, un facteur majeur de discrimination à l'embauche

C'est mon boulot par Philippe Duport lundi 15 février 2016
écouter l’émission disponible jusqu'au 10/11/2018
Illustration prétexte
Illustration prétexte © Fotolia

Avez-vous le physique de l’emploi ? Les discriminations à l’embauche portent le plus souvent sur l’âge, mais aussi sur l’apparence physique. Et notamment sur le poids. C’est ce qui ressort d’une étude rendue publique ce matin par le Défenseur des droits, et que France Info a pu consulter en exclusivité.

Cette étude confirme que la dictature du beau et du mince règne aussi sur le monde du travail. Les personnes interrogées par le Défenseur des droits et l'Organisation internationale du travail, toutes au chômage, affirment que l’apparence physique est le deuxième facteur de discrimination, derrière l’âge, qui arrive constamment en tête de ces études. Un tiers des personnes qui estiment avoir subi une discrimination disent que c’est à cause de leur physique qu’elles ont été écartées. Une proportion qui est plus forte chez les femmes que chez les hommes. Les femmes sont deux fois plus nombreuses à s’affirmer discriminées que les hommes en raison de leur apparence physique.

La tenue vestimentaire et surtout le poids qui entrent en ligne de compte

Etre une femme obèse, en particulier, concentre les plus forts préjugés chez les personnes qui seraient susceptibles de les embaucher. Selon cette étude du Défenseur des droits, les femmes obèses déclarent huit fois plus être discriminées en raison de leur apparence physique que les femmes qui ont un indice de masse corporel normal.
Selon Sylvie Benkemoun, la vice présidente du Gros, le groupe de réflexion sur l’obésité et le surpoids, le fait d’être en surpoids est souvent associé à l’idée d’incapacité. Incapacité à se contrôler, à progresser, à bien se comporter dans un collectif de travail. Or quand une personne est ainsi rejetée du monde du travail, elle a souvent tendance à se lancer dans des régimes brutaux qui peuvent avoir de graves conséquences. Elles va aussi culpabiliser, se renfermer, se désocialiser et déprimer sévèrement.

La discrimination sur l’apparence physique est pourtant interdite par la loi, au même titre que la discrimination basée sur l’âge, le sexe ou l’origine. Mais elle est encore plus difficile à prouver que les autres. Impossible de savoir si votre candidature a été écartée parce que vous avez quelques kilos de trop ou que vous n’êtes pas assez beau pour le job. D’autant qu’un employeur pourra essayer de prouver qu’il n’a pas retenu un candidat en raison « d’exigences professionnelles essentielles et déterminantes liées au poste ».
Pour faire la lumière sur les discriminations à l’embauche, Emmanuel Macron a annoncé vendredi qu’une grande campagne de  "testing" serait lancée avant la fin du premier trimestre.