Pénurie de femmes dans les métiers de l'informatique

C'est mon boulot par Philippe Duport jeudi 20 novembre 2014
écouter l’émission disponible jusqu'au 15/08/2017
C\\\'est mon boulot
© Fotolia

Si vous êtes une femme et si vous voulez être certaine de ne pas connaître le chômage, un moyen sûr : travailler dans l’informatique. Un secteur où les écarts de salaires entre les hommes et les femmes sont moins élevés qu'ailleurs, mais où le sexisme serait encore bien vivace.

Mais où sont les femmes… dans l’informatique ? On compte seulement une femme pour dix hommes dans les métiers de techniciens informatique et télécom. Dans ce secteur pourtant en plein boom, la parité, connait pas. Et surtout en haut de l’échelle. Dans les nouvelles technologies, seulement un salarié sur cinq est dirigé par une femme manager. Dans le reste de l’économie, c’est presque un sur deux.

Une journée de sensibilisation à cette pénurie est organisée aujourd’hui par le géant américain Cisco. Mais il y a du travail. Les filles sont bien présentes dans les filières scientiques au lycée, mais dès qu’il s’agit d’aller plus loin, elles s’en détournent pour des métiers du soin ou du relationnel.

Et pourtant il y a urgence

D’abord parce qu’on manque d’ingénieurs en général, et d'ingénieurs informatiques en particulier. Un quart des offres d’emploi concerne aujourd’hui le numérique. Et avec l’arrivée des objets connectés, du développement de ce qu'on appelle le "big data", l’analyse des grands volumes de données numériques, la pénurie va s'aggraver.

Même si la secrétaire d’Etat à l’Economie numérique s’appelle Axelle Lemaire, et qu’elle a succédé à Fleur Pellerin, sur le terrain, les entreprises ont du mal à féminiser leurs effectifs. Une entreprise du secteur rapporte par exemple qu’elle n’a reçu que 6% de réponses féminines à une annonce d’emploi.

Mauvaise volonté?

Pour Najoua Arduini-El Atfani, la présidente du Club du XXIe siècle, qui défend la diversité, il n’y a pas de mauvaise volonté de la part des entreprises. Selon elle, ces sociétés ne peuvent pas faire sans les femmes et elles rechercheraient des talents féminins.

Alors y aurait-il une prime à l'embauche pour les femmes dans l’informatique? C’est aussi l’avis d’Emilie Foubert, ingénieur dans une sociéte spécialisée dans les systèmes d’information.

Emilie Foubert, ingénieur dans une société spécialisée dans les systèmes d’information

Des femmes qui se détournent du numérique, et pourtant, c’est le secteur dans lequel les écarts de salaires sont les plus faibles : 9% contre plus de 16% pour la moyenne nationale. Reste d'autres obstacles : selon une étude que le Cereq qui vient de sortir, il est particulièrement difficile de concilier vie familiale et vie professionnelle dans ces métiers, où le sexisme est encore très vivace.