Le Guide du routard du financement d'entreprise

C'est mon argent par Patrick Lelong vendredi 11 mars 2016
écouter l’émission disponible jusqu'au 05/12/2018
\\\"Le Guide du routard du financement d\\\'entreprise\\\" vient d\\\'être édité [Image d\\\'illustration]
"Le Guide du routard du financement d'entreprise" vient d'être édité [Image d'illustration] © Maxppp

On sait à quel point c'est compliqué quand on veut créer son entreprise : trouver les clés et surtout les financements. Une idée pour ceux qui se lancent : le Guide du routard du financement d'entreprise vient d'être édité, et c'est bien d'une aventure dont il s'agit.

Ce guide apporte une approche originale du financement en fonction de 20 profils d'utilisateurs : créateur, repreneur, demandeur d'emploi, auto-entrepreneur, femme, senior, étudiant, franchisé, startup, entreprise innovante, etc. Tous ces profils ont été établis par Agnès Bricard, la présidente d'honneur des experts comptables, et son équipe.

Une approche par profil d'entrepreneur 

Selon son profil, on suit le guide avec une fourchette basse et une fourchette haute des financements. C'est original car jusqu'à présent on disposait surtout d'une approche du financement des entreprises par besoins, tout simplement parce que les banques financent des besoins.

Prenons le profil du créateur : il y a tout d'abord les prêts d'honneur du réseau d'accompagnement, deux réseaux : "Entreprendre" et "Initiative France". On peut obtenir entre 8.000 et 20.000 euros de prêts.
Evidemment, ces prêts ne sont pas suffisants mais ils sont le début d'un parcours bien fléché, avec un effet de levier : ces prêts sont couplés avec un crédit bancaire au moins égal au prêt d'honneur et davantage. Par exemple, pour 1 euro prêté pour un prêt d'honneur, on peut obtenir 7 euros de prêt bancaire. Sauf que souvent, les banques se font tirer l'oreille pour prêter aux créateurs d'entreprises. C'est là qu'intervient la BPI – la Banque publique d'investissement : elle va garantir entre 50 et 70% du prêt bancaire, ce qui va rassurer la banque.

Dans la suite des financements, on trouve toute une série de dispositifs : ce qu'on appelle le love money, les dons et les prêts familiaux, jusqu'à environ 31.000 euros sans droits payés au trésor public : les concours de créateurs ; le crowdfunding sous forme de prêt ; les aides publiques ; les tours de table. Tout cela mis bout à bout permet de disposer d'un financement efficace. Et puis il faut savoir que ce guide est estampillé par 4 ministères, la Banque de France, la Caisse des dépôts, la BPI, la CCI France ou encore les Caisses d'épargne. C'est dire que la méthode et le contenu sont validés.