Le point sur l'épidémie Zika

C'est ma santé par Bruno Rougier mardi 23 février 2016
écouter l’émission disponible jusqu'au 18/11/2018

Le 19 décembre 2015, l'alerte au virus Zika était lancée en Guyane et en Martinique. Aujourd'hui, huit pays sont concernés particulièrement le Brésil et la Colombie. Dans le monde les spécialistes se mobilisent pour venir à bout de l'épidémie mais aussi pour comprendre comment le virus s'attaque au corps humain, quelles sont les conséquences. Les recherches se multiplient pour trouver un vaccin.

Pour la France, plus de 6.000 personnes ont été contaminées par le virus Zika en Martinique dont 28 femmes enceintes, près de 800 en Guyane dont 10 femmes enceintes et 220 en Guadeloupe. Enfin en Métropole, 66 personnes qui revenaient de pays touchés par le virus ont été contaminées dont 5 femmes enceintes. Des chiffres qui restent faibles par rapport à des pays comme le Brésil où un million et demi de personnes ont été contaminés depuis 2015 ou la Colombie avec 37.000 cas dont 6.400 femmes enceintes.
L'infection se fait principalement par piqûre d'un moustique contaminé du genre Aedes. Mais selon une étude publiée dans le New England Journal of Medicine, le virus Zika a été découvert dans le sperme d'un homme neuf mois après sa guérison et aux Etats-Unis au moins deux cas de transmission du virus par voie sexuelle ont été signalés.
Le Virus Zika étant présent dans le sang, les Etats-Unis mais aussi le Canada et la France ont décidé que les personnes ayant voyagé dans des zones touchées par le virus doivent attendre quatre semaines, après leur retour, pour donner leur sang.

Différents symptômes

Dans 70 à 80 % des cas il n'y a aucun symtôme sinon ils ressemblent à ceux de la grippe : fièvre, maux de tête, courbatures.
Et puis il y a deux complications assez préoccupantes : le syndrome de Guillain Barré, une maladie neurologique qui provoque une paralysie des membres, plusieurs cas ont été signalés. Et chez certaines femmes, le foetus peut être atteint de microcéphalie, une diminution de la taille du crâne avec des conséquences sur le développement du cerveau.
Pour l'instant, l'Organisation Mondiale de la Santé parle seulement d'une "association possible" entre infection au virus Zika et  microcéphalies mais une équipe brésilienne a trouvé des virus Zika dans le cerveau de nouveau-nés ce qui confirmerait le lien.
Des chercheurs argentins pensent que les microcéphalies seraient plutôt provoquées par un produit utilisé pour tuer les larves de moustique, le Pyriproxyphène.
En ce qui concerne le lien entre le virus Zika et le syndrome de Guillain-Barré, l'OMS le juge "hautement probable" .

Des vaccins en préparation

Une quinzaine de projets sont en cours. Le laboratoire américain Inovio annonce qu'il débutera des essais sur l'homme avant la fin de l'année. Le fabriquant indien, Bharat Biotech vient de commencer des essais sur des animaux. Sanofi Pasteur est aussi sur les rangs mais l'OMS estime qu'il faudra attendre un an et demi avant qu'un vaccin soit disponible.