Les allergies attisées par la pollution

Info santé mardi 16 avril 2013
©

Les spécialistes parlent d'une véritable explosion des
allergies respiratoires : la proportion de Français concernés a doublé
entre 1980 et 2000. Selon le rapport du CREDES (Consultances en santé publique) en 2009, 10% des Français souffrent
aujourd'hui d'allergies respiratoires. Principalement l'asthme et la rhinite
allergiques.

Le Pr Michel Aubier, chef du service de pneumologie de
l'hôpital Bichat à Paris, publie L'homme malade de son environnement, aux
éditions Plon
. Un Français sur dix  a une
allergie respiratoire, un enfant sur sept est asthmatique.

"Le réchauffement de la planète a un impact sur les allergies
respiratoires. Avec un climat plus chaud, le printemps, en général, est plus
précoce, et l'été se termine plus tard. Par conséquent la floraison débute plus
tôt, et la saison des pollens commence plus tôt
" explique le Pr Michel Aubier.

L'augmentation de la température rend les pollens plus
agressifs. Les pollens sont modifiés par la température, mais surtout par la pollution
concomitante à cette augmentation de chaleur.

Les pollens se fixent notamment sur les particules de diesel
et l'ozone rend les pollens beaucoup plus agressifs.

La pollution intérieure

L'air que nous respirons dans nos appartements ou nos
bureaux peut faire le lit des allergies respiratoires. Les habitants des pays
industrialisés passent presque 90% de leur vie dans des lieux fermés :
maison, bureau, moyens de transport... Il y a énormément de polluants domestiques
qui ont été identifiés, des substances présentes dans le bâtiment, les meubles,
les peintures. Des allergènes que l'on trouve aussi dans les émanations des
appareils de chauffage, de cuisson... Tout ceci participe à l'explosion
d'allergies respiratoires.

Diminuer les facteurs de risque

A l'extérieur il n'y a pas grand-chose à faire à part ne pas
planter d'arbres très allergisants comme le bouleau ou le cyprès.  A l'intérieur, il faut aérer les locaux, ne
pas trop les chauffer, veiller à ce qu'il n'y ait pas trop d'humidité.

La désensibilisation

La désensibilisation est efficace lorsque l'on ne présente
pas trop d'allergies. Le plus souvent cela se fait par des gouttes à avaler ou
par des comprimés. Les piqûres sont de plus en plus rares.