Politique pénale : "'Taubira fait de l'anti-sarkozysme" (Rachida Dati)

L'invité de 8h15 mercredi 12 septembre 2012

"Je
ne sais pas ce que Christiane Taubira fait au ministère de la Justice, alors que la
délinquance augmente, on nous dit qu'il faut réduire les peines d'enfermement, c'est contradictoire
avec la réalité du terrain
", attaque Rachida Dati sur France Info. L'ancienne ministre de la Justice réagissait à la divulgation mercredi par Le Nouvel Observateur d'un projet de circulaire concernant la politique pénale. Christiane Taubira y prescrit de rompre avec le tout-carcéral et les peines planchers.

"Ce sont des signaux d'encouragement à la délinquance"

"Pour lutter contre la délinquance, il faut de la fermeté", poursuit Rachida Dati. "La ministre demande aux magistrats de ne pas appliquer les
peines en vigueur, c'est choquant, ce sont des signaux d'encouragement à la délinquance
" poursuit la maire du VIIe arrondissement de Paris.

"L'aménagement des peine oui, la réinsertion oui, mais
supprimer les peines de prison ou les peines planchers c'est une erreur
majeure, surtout dans le contexte actuel
", juge-t-elle. "Ce que fait Taubira c'est de la politique
politicienne, elle veut uniquement faire de l'anti-sarkozysme, juste pour se faire plaisir
", conclue-t-elle.

"Evidemment je souhaiterais que ce soit Jean-François Copé"

Concernant la course pour la présidence de l'UMP, "on appartient tous a la même famille politique", indique Rachida Dati. "Evidemment je souhaiterais que ce soit Jean-François Copé, mais quelque soit le président de l'UMP, il aura l'obligation et le devoir de rassembler notre famille politique, sinon ce sera notre défaite assurée et l'UMP serait très affaiblie", juge-t-elle, précisant que "c'est encore plus compliqué quand ce type d'élection arrive après une défaite".

Rachida Dati en profite également pour juger "choquant" la succession de Martine Aubry au PS : "ils ont donné la preuve qu'ils ne sont ni transparents ni démocrates".