La Une de Libération sur "l'affaire Bernard Arnault" : racoleuse ou pas ?

La revue de presse par Jean-Christophe Martin lundi 10 septembre 2012
La Une de Libération sur "l'affaire Bernard Arnault" : racoleuse ou pas ?
©

 

La Une du jour, celle qui sera sans doute très commentée aujourd'hui, c'est celle de Libération...

Et elle est commentée d'abord dans la Libre Belgique... Pourquoi aller chercher le point de vue de ce journal belge, parce que c'est lui qui est indirectement à l'origine de la Une de Libération, c'est lui qui a lancé la polémique qui a marqué le week-end : la demande de nationalité belge de l'homme le plus riche de France, Bernard Arnault, patron du groupe de luxe LVMH.

La Libre Belgique a donc suivi de près l'avalanche de réactions en France après son scoop. Dernier épisode : la Une de Libération ce matin, on y voit Bernard Arnault souriant, une valise à la main, avec ce titre-choc : "Casse-toi riche con !". Une référence à la célèbre réplique de Nicolas Sarkozy "casse-toi pov'con" à un visiteur du Salon de l'agriculture qui refusait de lui serrer la main... Allusion d'autant moins innocente comme le souligne la Libre Belgique que l'homme le plus riche de France fait partie de ces grands patrons proches de Nicolas Sarkozy.

Pour la Libre Belgique, qui semble très au fait de ce qui agite ses confrères de Libération, cette Une risque de susciter des débats au sein même de la rédaction de Libération. Le journal belge rappelle aimablement qu'en avril dernier le personnel de Libération  s'était fendu d'un communiqué pour faire part d'un "grand malaise", en citant notamment "un traitement éditorial partisan en matière politique" comme si le journal "était inféodé au PS", et en évoquant aussi des "Unes racoleuses".

La "Une" de ce matin et ce "casse-toi riche con !" est-elle à classer dans les "Unes racoleuses", ne vous gênez pas pour donner votre avis sur la page de la revue de presse sur franceinfo.fr...

Libération qui n'est pas le seul journal à revenir sur cette polémique autour de Bernard Arnault...

Et pour l'illuster, l'Humanité a choisi une autre petite phrase qui a marqué le quinquennat Sarkozy avec ce titre à la Une : "Bernard Arnault, la France, il l'aime ou il la quitte"... L'Humanité qui a les mots les plus durs : pour Jean-Emmanuel Ducoin, la décision de Bernard Arnault de demander la nationalité belge est "le message le plus ordurier qui soit, une honte, une lâcheté et une évasion morale"...

En termes plus mesurés, Dominique Quinio dans la Croix considère elle aussi que l'attitude de Bernard Arnault "heurte le sentiment national". Avec finesse, elle rappelle que LVMH doit certes son succès à ses dirigeants et ses salariés, mais aussi, beaucoup, au label France, synonyme partout dans le Monde de luxe, d'élégance et de distinction. Et sa conclusion dans la Croix, c'est que la réussite ne devrait pas être ingrate...

Pour les Echos, propriété du groupe LVMH, dont le patron est donc justement Bernard Arnault, de toute façon "le symbole est fort", tellement fort que l'affaire Arnault faisait hier la Une du Wall Street Journal et du Financial Times.
 
Un symbole fort : pour Gaëtan de Capèle dans le Figaro, cette histoire franco-belge, c'est aussi un "signal d'alarme" pour François Hollande et il ferait bien d'en tenir compte avant que "les riches" entre-guillemets fassent comme Bernard Arnault, qu'ils s'en aillent, et que s'envolent avec eux une bonne partie des emplois qu'ils ont créé.

Le Figaro qui rappelle en conclusion la petite phrase de François Bayrou à propos de la taxation à 75 pour cent des hauts
revenus : "le déconomètre fonctionne à plein tube". Pour le Figaro, avec le déluge fiscal qui se prépare, le déconomètre est maintenant passé en surrégime.

La presse à la Une

La presse à la Une du 10/09/12 avec Bénédicte Alaniou du Parisien-Eco et d'Aujourd'hui en France-Eco  
 

La presse à la Une du 10/09/12 avec Bénédicte Alaniou du Parisien-Eco et d'Aujourd'hui en France-Eco

Comme chaque lundi, rendez-vous avec Bénédicte Alaniou, responsable de la rédaction du supplément Economie du Parisien et d'Aujourd'hui en France, en partenariat avec France Info.

Le Parisien-Economie 10/09/12

Le Parisien-Economie 10/09/12 

A la Une : "le bon filon des jouets de cour de récré", car la cour de récré, c'est aussi un marché et même un marché très important pour les fabricants de jouets. 

Du côté d'Internet, la réalité augmentée transforme les écrans en cabine d'essayage. Egalement au sommaire, une tendance qui se généralise : l'usage de son ordinateur ou de son téléphone personnels au bureau. Une pratique qui pose des questions, le salarié a intérêt à bien savoir ce qu'il peut faire ou pas.