Rapports UMP et FN : le jeu du "je t'aime moi non plus"

Le plus France Info par Rédaction de France Info mardi 19 juin 2012

Morsbach est une petite commune de 2.700 habitants qui
s'étire le long de la Nationale 3 dans l'est de la Moselle. Dans les deux
bureaux de vote, Marine le Pen est arrivée en tête à l'élection présidentielle, son
candidat aux législatives également, avec 33% des voix au premier tour.

Morsbach
est dirigée par un maire centriste, mais le Front national est en progression. Dans
la circonscription, les électeurs de droite ont été mis au pied du mur. Ils ont
eu à trancher dimanche entre un candidat PS et Front National.

Dans son jardin, Denis – gaulliste de toujours – ne s'interdit
plus le vote FN. Il estime que les valeurs sont communes, sur la sécurité et
l'immigration notamment.

Les électeurs FN sont ils prêt à revenir dans le camp
UMP ?

Patrick a 57 ans. Il est artisan et est un déçu du chiraquisme. Depuis
2002 il vote Front national. Lui aussi reconnaît un socle commun de valeur avec
l'UMP, mais il ne croit plus en la capacité de la droite à les appliquer. Il
dit qu'il votera FN jusqu'à ce qu'il accède au pouvoir, sourd aux appels du
pied de l'UMP.

Patrick 20 ans a voté Nicolas Sarkozy aux deux tours de la présidentielle,
et Front national lors des législatives. Il est satisfait du bilan du président sortant et pourtant, il flirte avec
le parti concurrent, coincé à mi-chemin.

Publié
Étienne Monin Radio France

Morsbach, en Moselle, au bord de la nationale 3 © Radio France Étienne Monin