Ukraine : Fabius juge "possible" des sanctions contre des proches de Poutine

L'invité de 8h15 vendredi 7 mars 2014
Ukraine : Fabius juge \\\"possible\\\" des sanctions contre des proches de Poutine

Cette crise, pour le ministre français des Affaires étrangères, c'est peut-être "la crise
la plus grave depuis la Guerre Froid
e". "Ce qui se passe est inadmissible" et le référendum programmé pour le 16 mars en Crimée est "totalement
inconstitutionnel et illégal 
en
droit international." 

 "S'il n'y a pas de résultats très rapides", de nouvelles sanctions contre "des responsables et des entreprises russes" pourraient être prises : "Ça peut être des gels d'avoirs, des annulations, des refus de visa..." a expliqué le ministre français des Affaires étrangères. Et des proches du président russe pourraient être concernés : "Pour tout ce qu'on appelle le milieu proche, c'est tout à fait dans la possibilité si les Russes ne comprennent pas qu'il faut revenir à une relation normale."

"Et si une autre tentative est faite alors là on entre dans tout à fait autre chose, c'est-à-dire des conséquences graves relatives aux relations entre l'Europe et la Russie" a indiqué Laurent Fabius évoquant donc une éventuelle troisième phase de réactions.

Laurent Fabius : "Je ne vais pas citer des exemples apocalyptiques".

Mais dans cette hypothèse, le ministre des Affaires étrangères n'en dira pas beaucoup plus : "Si un pays agit d'une manière telle qu'il ne respecte pas
les frontières et l'indépendance des autres pays, on ne pourrait pas avoir les
mêmes relations du tout et on revient à ce qu'on connaissait il y a de longues
années avec les problèmes énormes que ça va poser. Je ne vais pas à la fois
plaider pour la désescalade et citer des exemples apocalyptiques".

A LIRE AUSSI ►►► Ukraine : Carlotti et Fourneyron boycottent les Jeux paralympiques

Laurent Fabius a aussi
confirmé une information que France Info vous donnait dès jeudi soir, l'absence
de ministres français aux jeux paralympiques de Sotchi : "Ils ne seront pas là. Qu'il y ait des
ministres français là-bas, cela 
aurait été très inopportun.
Nous prenons une attitude qui me paraît très raisonnable. C'est-à-dire qu'il n'est
pas question de pénaliser les athlètes. Ils ont travaillé dans des
conditions très difficiles pour être présents là-bas. Ils ont travaillé pendant
des mois et des mois. il est normal qu'ils puissent c
oncourir".

Fabius répond à Fillon : "Il faut mieux soutenir son propre pays"

Enfin le ministre des Affaires étrngères a taclé François Fillon qui a reproché ce jeudi soir à la France de traiter "les
Russes comme si c'était une sorte de 
dictature sud-américaine d'un million
d'habitants"."J'ai le souvenir de monsieur Fillon appelant monsieur
Poutine par son prénom
. Je crois que dans cette affaire, il faut mieux soutenir
son propre pays que d'apporter un soutien à ceux qui ceux qui sont en train de
violer l'intégrité territoriale de l'Ukraine
" a répondu Laurent Fabius.