L'aspartame

Question de choix par Fabienne Chauvière samedi 16 novembre 2013

Dans son dernier ouvrage Toxic planete, le célèbre chimiste André Cicollela consacre une
large part à l'aspartame, cet édulcorant artificiel intense et très faible en calories, découvert en 1965.

L'aspartame entre dans la
composition de milliers de produits :  sodas, chewing gums, et même dans les
médicaments. L'aspartame est autorisé en Europe, mais il fait l'objet
régulièrement de controverses quant à son risque pour la santé. Il serait cancérigène, aggraverait le diabète, et serait dangereux pour les femmes enceintes.

L'aspartame réduit peut-être nos apports caloriques, mais des études ont montré
que son usage entretiendrait nos besoins
en sucre, aiguiserait l'appétit et favoriserait le grignotage. Par
ailleurs, il stimulerait la production d'insuline et de leptine, deux hormones
qui signalent au corps d'emmagasiner du gras.

Un groupement d'experts s'en penché en
France l'an dernier sur l'aspartame, pour le compte de l'agence nationale de
sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail. Les conclusions du rapport sont
très prudentes. Les experts réclament des études complémentaires, mais reconnaissent déjà qu'il y a des effets
préoccupants, notamment pour le développement des fœtus.

Il y a tellement de doutes autour de l'aspartame,
que l'Efsa, l'autorité européenne de sécurité des aliments est en train de le réévaluer.
On attend avec impatience l'avis qu'elle rendra à la fin de ce mois.

Sur les étiquettes, la présence
d'aspartame doit obligatoirement être signalée. Il est parfois caché sous le numéro E951 .