L'Angleterre, nouvel eldorado des vins effervescents ?

Cinq jours à la une vendredi 20 septembre 2013
L'Angleterre, nouvel eldorado des vins effervescents ?
©

Le soleil, les vignes, et même le chant des cigales... Il y a ici dans le sud-est de l'Angleterre, dans le Kent, un petit air de Provence. Gusbourne est l'un des 450 vignobles anglais. Une quarantaine d'hectares pour le moment, mais ce sera bientôt le double.

Le domaine est en pleine expansion, ce qui était, il faut le dire, insoupçonnable il y a 10 ans, quand Andrew Weeber, un ancien chirurgien sud-africain, a décidé de planter des vignes en Angleterre. "Je me souviens que j'avais dit à une grande dame anglaise que j'allais planter des vignes et elle a ri comme si j'étais totalement fou... Beaucoup de choses ont changé en 10 ans, heureusement pour moi. Mais il y a des moments où je me suis effectivement demandé si je n'étais pas fou."

Mais aujourd'hui, Andrew ne se pose plus la question, il vient même de s'associer à une autre société pour introduire Gusbourne en Bourse - le meilleur moyen de lever des fonds pour augmenter la production, et rivaliser avec les grands producteurs de champagne - la concurrence.

Les Anglais, et Gusbourne en est un exemple, sont spécialistes des "sparkling wines", les vins pétillants, effervescents disent les puristes. Environ 60% de la production nationale. On trouve donc ici, en visitant le domaine dans le 4x4 d'Andrew, les trois cépages du champagne, chardonnay, pinot noir et pinot meunier. "Si vous voulez faire du champagne, vous allez payer l'hectare en Champagne entre 1 et 3 millions d'euros. Ici vous allez sans doute payer, pour une terre d'excellente qualité, environ 500.000 euros l'hectare." 

Et les sols calcaires du sud de l'Angleterre ressemblent à ceux de la Champagne. La région serait donc un nouvel eldorado pour les bulles. C'est en tout cas l'opinion de Victor Maguire qui travaille lui chez Denbies, le plus grand vignoble anglais, un peu plus à l'ouest, dans le Surrey. "Aujourd'hui c'est devenu très intéressant de faire du vin ici car notre climat frais est idéal pour les pinot et les chardonnay utilisés pour les vins pétillants. Et avec le réchauffement climatique, on a gagné un degré en 50 ans, donc ce sera de mieux en mieux."

Il y a bien sûr encore un peu de scepticisme à l'étranger. Difficile de croire que les Anglais savent faire du vin de qualité. Mais les vignobles anglais ont décroché plusieurs récompenses internationales ces dernières années, battant même, lors de dégustations à l'aveugle, certains des meilleurs champagnes...Oubliez vos préjugés : c'est le message de Markus Sharpe, le viticulteur de Denbies : "Tant qu'on n'a pas goûté un verre de vin anglais, on ne sait pas ce que ça vaut ; donc je recommande à tous vos auditeurs de se procurer une bouteille de vin pétillant anglais et de goûter."

France Info a bien sûr testé pour vous, et le résultat est une très bonne surprise. Les Britanniques proposent aussi de bons vins blancs. En revanche, les rouges ont du mal à se développer dans le climat, disons capricieux, d'outre-Manche.

Pour l'instant l'Angleterre produit 2.000 fois moins de bouteilles que la France. Très peu d'exportations donc. Il faut traverser la Manche pour découvrir ce qui sera peut-être, avec le réchauffement climatique, la boisson du XXIIème siècle.