L'UFC-Que Choisir porte plainte contre 13 marchands de listes de logements

par Gilles Halais mardi 28 août 2012 08:41, mis à jour le mardi 28 août 2012 à 12h40
Dix villes universitaires concernées par cette plainte de l'UFC
Maxppp

Ces plaintes pour "pratiques commerciales trompeuses" interviennent au terme d'une vaste enquête lancée dans 10 villes universitaires, visant 18 marchands de listes. Ils vendaient jusqu'à 450 euros un simple fichier d'appartements disponibles.

Équipés de caméras cachées, les enquêteurs de l'UFC-Que Choisir se faisaient passer pour des étudiants à la recherche d'un logement. Dans 10 villes universitaires (Bordeaux, Caen, Dijon, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Rennes, Strasbourg et Toulouse), ils ont écumé les marchands de listes représentant 15 enseignes, explique l'association de consommateurs.

Au final, moyennant des sommes pouvant aller jusqu'à 450 euros, les faux étudiants ne récupéraient que de vagues fichiers de logements vacants, "correspondant à des critières limitatifs et approximatifs extrêmement vagues", poursuit l'UFC-Que Choisir. Neuf enseignes sur 10 exigeaient même le paiement de la liste avant la prestation, ce que la loi condamne.

Une plainte contre 13 marchands

"Non seulement ils n'apportent aucune garantie à la conclusion effective d'un bail à la différence d'une agence immobilière mandatée, mais ils se défaussent de leur obligation réelle et légale qui est de fournir exclusivement des biens correcpondant aux désiderata du client", explique encore l'association.

Au terme de cette enquête menée de février à juin, l'UFC-Que Choisir a donc décidé de porter l'affaire en justice, en déposant plainte contre 13 marchands. Ces plaintes visent les enseignes suivantes : APL Location (Lyon), Chaîne des propriétaires et des particuliers (Strasbourg), Directe Location Bordeaux, Directe Location Dijon, Git'Immo (Marseille), MIL'IM Lyon, MIL'IM Strasbourg, Pan euro Nord (Caen et Rennes) Pan euro Sud (Toulouse et Montpellier), Service location (Dijon), Top Immo 59 (Lille) et Casa Immo et Ancea (Ile-de-France).

Ces enseignes tiennent un "discours trompeur"  
Frédéric Blanc, juriste à l'UFC Que Choisir