Hausse des frais universitaires : les étudiants québécois obtiennent gain de cause

par Baptiste Schweitzer vendredi 21 septembre 2012 08:01
Pauline Marois, nouvelle Première ministre québécoise, a annoncé l'annulation de la hausse des frais de scolarité
Mathieu Belanger Reuters

Les organisations étudiantes crient victoire. Le nouveau gouvernement indépendantiste québécois a abrogé la hausse des frais de scolarité. Le conflit durait depuis plusieurs mois.

La hausse des frais
universitaires avait donné lieu à un conflit sans précédent entre l'ancien
gouvernement et les étudiants
. Des mois de manifestations et de luttes entre
les organisations syndicales et le gouvernement libéral de Jean Charest. Ce dernier avait
décidé la hausse des frais de 82%. Il avait ensuite fait voter une loi spéciale
pour mettre fin aux cortèges et au blocage des cours
.

La nouvelle Première
ministre québécoise, Pauline Marois a annoncé que son gouvernement
indépendantiste entérinait l'annulation de ces deux décisions. Pas une surprise depuis la victoire lors des élections législatives du Parti québécois. En plein
"printemps érable", Pauline Marois avait annoncé son intention de
revenir sur la hausse des frais de scolarité.

"L'histoire n'est pas
terminée"

Ces décisions ont provoqué la joie des organisations
étudiantes. "C'est le triomphe de la justice et
de l'équité"
, a réagi en conférence de presse Martine Desjardins,
présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ).

La question du sous-financement des
universités québécoises doit maintenant être débattue lors d'un sommet sur
l'enseignement supérieur qui doit se tenir prochainement. "L'histoire
n'est pas terminée",
affirme Eliane Laberge, qui dirige la Fédération
étudiante collégiale du Québec (FECQ).