aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Education nationale et éthique, je t'aime moi non plus

le Lundi 20 Mai 2013 à 11:53
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 5 (5 votes)

" Agir en fonctionnaire de l'Etat de façon éthique et responsable ". Quand une épreuve portant cet intitulé avait été introduite dans les concours d'enseignement, cela avait fait scandale. Deux chercheurs reviennent sur le sujet dans un livre publié chez Armand Colin. Christophe Miqueu, l'un d'entre eux, est notre invité...

Présentation de Ethique et déontologie dans l'Education nationale. Ouvrage collectif codirigé par Christophe Miqueu et Jean François Dupeyron, tous deux enseignants-chercheurs en philosophie à l'université Montesquieu Bordeaux 4, publié par Armand Colin.

"L'idéal français d'un modèle républicain et démocratique de l'école est depuis plusieurs décennies mis en question. Entre une morale républicaine qui semble ne plus se transmettre, un cadre laïque parfois contesté et un système éducatif encore fortement inégalitaire et en proie au doute, l'heure est aux plus vives interrogations quant à la finalité de l'école. Peut-on encore adresser à l'école la mission de "transmettre des valeurs" ? Qu'en est-il des normes supposées partagées comme principes d'organisation du monde social et comme bases d'une déontologie enseignante ? L'arrivée d'une nouvelle épreuve dans le cadre des concours de la Fonction publique menant aux métiers de l'Education nationale, intitulée "Agir en fonctionnaire de l'Etat et de façon éthique et responsable", a provoqué depuis 2010 une cristallisation supplémentaire. " Lire la suite sur decitre.fr

Retour sur la polémique :

Une tribune d'Angélique Del Rey parue en 2010 dans Le Monde : "Cette polémique ainsi que le sentiment d'illégitimité qui l'a fait naître ne doivent pourtant pas cacher le système - que dis-je ?, la maladie - dont ladite épreuve n'est malheureusement qu'un symptôme : une évaluation devenue systématique dans l'éducation nationale comme dans l'entreprise et qui, sous prétexte de vérifier les compétences des personnes, autrement dit leurs performances réelles lorsqu'elles seront placées en situation de vie ou de travail, les dépossède paradoxalement de ce qu'elles savent faire, de leurs qualités concrètes." Lire toute la tribune.

aller directement au contenu