aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Ecole : peut-on réformer par la base ?

le Lundi 22 Octobre 2012 à 11:53
  • 1 commentaire
  • Pas encore de votes

Peut-on réformer l'école par les pratiques pédagogiques ? C'est ce que fait depuis 15 ans la main à la pâte, cette approche des sciences par l'expérience à l'école primaire.

Enseigner, c'est espérer

L'astrophysicien Pierre Léna est un de ses initiateurs. Il publie aux éditions Le Pommier : Enseigner, c'est espérer – plaidoyer pour une école de demain.

La présentation du livre et de l'auteur par l'éditeur :

"Nos écoles primaires, nos collèges n'ont guère changé depuis plus d'un demi-siècle, tandis que le monde et sa jeunesse changeaient vertigineusement, tout particulièrement lors des deux dernières décennies. Cette quasi-révolution s'est largement accomplie sous l'effet de la science et de la technique. Mais l'école n'a pas suivi et le monde enseignant désespère souvent. Depuis 1996, le projet La main à la pâte a visé à transformer l'enseignement scientifique en primaire et collège. De cette aventure réussie, qu'il a vécue personnellement et qu'il raconte avec tendresse, Pierre Léna tire quelques leçons fortes, concernant l'appétit des élèves pour la science et leur curiosité comme l'engagement possible des professeurs. Rien ne vaut l'expérience de se rendre dans une classe, pour y voir et écouter des enfants, guidés par leur maître, faire de la science ! Pierre Léna est animé de la conviction qu'un jeune armé de davantage de capacités d'expression, de plus de confiance en soi, de plus d'esprit critique, aura un chemin moins difficile qui s'ouvrira devant lui. Ainsi, au fil de courts chapitres reflétant observations, expériences ou questions, il évoque la place de la science au sein de la culture, le parallèle entre bien des pays et la France, et tente à partir de ces constats de dessiner quelques traits possibles de cette école à venir. La prise de conscience des profondes évolutions, nécessaires pour passer de l'école d'hier à celle de demain, est désormais très présente en France, mais la construction d'un consensus autour de celles-ci, bien qu'indispensable, demeure difficile. La main à la pâte a montré que rien ne peut se faire sans les professeurs, ou contre eux, mais les accompagner avec constance, comme l'a fait l'Académie des sciences, a pu changer la donne. Bien des pistes pour l'avenir peuvent s'en déduire.

Pierre Léna, astrophysicien, membre de l'Académie des sciences, a été l'un des cofondateurs de La main à la pâte. Il y est toujours fortement impliqué, après avoir été, de 2005 à 2011, Délégué à l'éducation et à la formation de l'Académie des sciences.
Il a écrit ou dirigé de très nombreux ouvrages scientifiques et de vulgarisation et, notamment, 29 notions-clés pour savourer et faire savourer les sciences, Le Pommier, 2010."

1
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Dans ce pays où on nous dit que tout va mal il y a pourtant beaucoup de ces bonnes idées qu'il faudrait mettre en œuvre ! Je ne suis pas enseignant mais ayant été élève un jour, et curieux encore, je ne peux Pierre Léna que je vous remercier sincèrement pour ce que vous faites et ce que vous exprimez ici.
aller directement au contenu