aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Polémique au Havre : un crucifix dans la salle d'examen du bac

le Jeudi 19 Juillet 2012 à 09:26
Par Anne Bertrand, Gilles Halais

Polémique au Havre : un crucifix dans la salle d'examen du bac - Reportage d'Anne Bertrand  

Lecture
 
Partager

L'affaire fait grand bruit au Havre (Seine-Maritime) et mobilise syndicats et rectorat. Un crucifix trônait dans une salle d'examen du bac au lycée Saint-Joseph. Le directeur de l'établissement a refusé de l'enlever.

Copie d'écran sur le site internet du lycée Saint-Joseph du Havre

Lycée catholique Saint-Joseph au Havre, jour des oraux du baccalauréat, le 9 juillet. En entrant dans la salle d'examen, une professeure de mathématiques constate la présence d'un crucifix. Elle demande au directeur de l'établissement de l'enlever : celui-ci refuse.

Le lycée Saint-Joseph a beau être un établissement catholique, lorsqu'il devient un centre d'examen pour le baccalauréat, il assure une mission de service public et se doit de garantir la laïcité, estime en substance le syndicat Unsa-Education. Son secrétaire régional, Thierry Patinot, y voit même une forme de prosélytisme : "Les établissements privés catholiques (profitent) d'examen comme le bac pour faire un peu de publicité. Mais ils faut qu'ils assument les contraintes positives du service public", prévient le responsable syndical.

Loi sur les signes ostentatoires religieux

De son côté, l'enseignement catholique se dit dans son bon droit, car la loi de 2004 interdisant les signes religieux ostentatoires ne s'applique qu'aux écoles publiques. "Ce n'est pas parce qu'il y a une croix dans un lieu qu'il y a immédiatement acte de prosélytisme", se défend Eugène Bulteau, directeur régional de l'enseignement catholique de Haute-Normandie. Et si ces crucifix posent problème, les lycées catholiques n'auront pas d'états d'âme et arrêteront de faire passer le bac. 

Le rectorat de Rouen ne souhaite pas en arriver là. Et tout en comptant sur les établissements catholiques pour le bac, l'an prochain il rappellera la règle : une salle d'examen doit être quasiment vierge, qu'il s'agisse de cartes de géographie ou de crucifix.

Par Anne Bertrand, Gilles Halais
9
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Alain Prévost (anonyme),
Une autre solution: à côté du crucifix, on met un croissant, une étoile de David... Peu importe l'art et la manière, tous ces symboles se réfèrent à la notion d'Etre Supérieur "d'essence divine". Question: Dieu (quelque soit sa forme ou son nom) a-t-il sa place dans une salle de classe, d'examen, de tribunal...? Que conteste-t-on? La présence d'un symbole, ou le fait que ce symbole soit sensé représenter une entité dont on considère qu'elle n'a pas sa place dans un endroit donné?
Avatar de anonyme
J'aime "les contraintes positives du service public" du syndicaliste. Risible ! Quand les syndicalistes seront au courant de la réalité et en dehors de leur prosélytisme syndical, la France pourra avancer un peu plus. Quand les syndicats se poseront en interlocuteurs plutôt qu'en casseurs, quand ils chercheront à construire plutôt qu'à maintenir des acquis qui plombent la France et vont finir par la placer dans le Tiers-Monde, ça ira mieux ! Que ce syndicaliste aille en Alsace-Moselle ou le droit local autorise l'enseignement religieux dans TOUS les établissements scolaires, il constatera que son "combat" (je dirai plutôt masturbation intellectuelle) est risible. Il constatera aussi que ces régions ne sont pas plus mauvaises que les autres régions françaises. Donc le "prosélytisme religieux" ne fait de mal à personne. Et puis, un peu de religion dans nos "chères têtes blondes" leur donnerait un peu de morale, au moins. C'est pas la société qui donne une morale, elle tendrait plutôt vers l'immoralité et vers le plus mauvais goût possible. Bref, encore une connerie de plus. Il ferait mieux de s’inquiéter du niveau des élèves qui passent le bac, il y a beaucoup plus à dire et, ça au moins, ça sera constructif pour la jeunesse.
Avatar de anonyme
charrier (anonyme),
Le crucifix rappelle que le niveau des écoles catholiques est supérieur (ou moins mauvais serait plus juste) que les écoles publiques. On comprend que ça gêne. Dans 10 ans on rase les églises. A ce niveau de bêtise, cela relève plus du psy que de la loi.
Avatar de anonyme
tarentelle (anonyme),
Eh oui ca dérange, regardons pourquoi : http://etudiant.aujourdhui.fr/etudiant/annuaire-lycees/lycee/lycee-prive... le lycée à 98% de réussite au bac ! ca dérange forcément..... Mme la professeur de math quelles sont les résultats de votre classe ? Maintenant, qu'on laisse les écoles faire leur travail qu'elles soient jugées sut leur résultat et pas leur appartenance ! Bravo à ce lycée, les parents peuvent être fiers des résultats de leur enfant !
aller directement au contenu