aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

René Buffière, 87 ans, futur bachelier?

le Mercredi 30 Mai 2012 à 07:18
  • Pas encore de votes

A 87 ans, c'est le doyen des candidats au baccalauréat 2012. Dans sa maison de retraite de Périgueux, où il bûche avec beaucoup de sérieux les épreuves du Bac ES, on le surmonne "l'intello".

René Buffière, 87 ans, en pleine révision © Radio France - Isabelle Labeyrie

La petite table qui sert de support à sa télévision disparaît sous les piles de livres et les copies doubles couvertes d'une écriture fine, penchée, un peu tremblante... René Buffière ne ménage pas ses efforts. "Etudier, je ne fais que ça ! Je travaille de 9 heures à 11 heures, puis de 16 heures à 18 heures et enfin de 21 heures à minuit. C'est long ! Je crois qu'il n'y en a pas beaucoup, à mon âge, qui auraient le courage de faire ça..."

Devant son bureau © Radio France Isabelle Labeyrie

Son premier et dernier diplôme, René Buffière l'a obtenu en 1938 : il avait 14 ans, c'était le certificat d'études. Puis il a commencé à travailler. Dans sa famille, on ne faisait pas d'études. Pas assez d'argent. Devenu chauffeur de bus, il n'a pourtant jamais cessé de lire et de s'intéresser "au savoir". "Passer le bac, j'aurais du y penser plus tôt ! Parce que maintenant, ça ne me servira à rien... Enfin, si, ça m'instruit... Je sais beaucoup de choses que je ne savais pas !"

Le bac, René Buffière le dédie à son fils Daniel, un inspecteur du travail abattu d'un coup de fusil par un agriculteur de la région. C'était il y a huit ans : "Je n'ai jamais tourné la page. S'il était là, il serait heureux comme tout ! "

"Il s'en sort plutôt bien !"

Depuis deux ans, ce lycéen pas comme les autres révise l'économie et la philo avec le Cned, le Centre National d'Enseignement à distance. Que valent vraiment ses copies ? "La première année, c'était franchement pas bon" dit Sibiri Hema, l'équivalent de son professeur principal, "mais il s'est accroché et cette année il s'en sort plutôt bien, notamment en économie où il y a la moyenne. En philosophie, il reste un peu faible... mais c'est un cours difficile".

René Buffière, 87 ans, en pleine révision © Radio France Isabelle Labeyrie

Que ce soit au Cned ou dans la maison de retraite, l'entourage de René Buffière souligne sa persévérance : "On commence à vieillir quand on finit d'apprendre, dit Sibiri Hema. Il en est un bel exemple".

La première épreuve, ce sera la philo, le 18 juin. Qu'il décroche son bac ou pas, René Buffière a déjà un autre projet : écrire un livre sur le savoir et la conscience.

aller directement au contenu