aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Des jeunes de plus en plus déscolarisés et des maternelles surchargées

le Mardi 11 Septembre 2012 à 12:03
Par Elise Delève

L'OCDE a publié mardi son rapport annuel "Regards sur l'éducation". Ce bilan compare les systèmes scolaires des pays les plus riches de la planète. Deux points négatifs en France : l'état des écoles maternelles et l'échec des élèves de plus de 15 ans.

Chaque année, l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) compare le système éducatif dans les pays les plus riches du monde et dresse un bilan. Celui de la France n'est pas très bon.

D'après l'OCDE, le taux de scolarisation est en baisse, il est passé de 89% en 1995 à 84% en 2010. Le nombre d'élèves qui quittent l'école entre 15 et 19 ans est de 11%. Et ce qui est encore plus problématique, c'est que la grande majorité de ces jeunes ne trouvent pas d'emploi. "Sur les 11% non scolarisés, 3 sur 4 sont inactifs ou au chômage" précise Eric Charbonnier, spécialiste des questions d'éducation à l'OCDE.

Repenser l'école

Il compare avec le Japon où la situation n'est pas si critique, "dans ce pays, il y a à peu près la même proportion d'élèves non scolarisés" mais pourtant "quasiment tous trouvent un emploi". Pour Eric Charbonnier, il y a plusieurs angles de réflexion pour améliorer la situation en France, notamment la valorisation de la formation professionnelle et le changement des méthodes pédagogiques.

Chaque année, d'après le ministère de l'Education, environ 140.000 jeunes quittent l'école en France sans diplôme. François Hollande s'est fixé l'objectif de réduire ce chiffre de moitié d'ici la fin de son quinquennat. 

Investir plus dans l'école maternelle

Le deuxième point négatif soulevé par l'OCDE, l'état des écoles maternelles. La France accueille très massivement les enfants de 3 et 4 ans. Quasiement 100% des enfants de 4 ans vont à l'école maternelle contre 80% en moyenne dans les pays de l'OCDE. Mais cela qui entraîne une surcharge des classes. "En moyenne dans les pays de l'OCDE, vous avez 13 élèves par enseignant, le chiffre est de 21 en France".

Autre constat, la France investit relativement peu dans le primaire, à l'inverse du secondaire. 5.730 euros par élève du premier degré, (soit en dessous de la moyenne des pays de l'OCDE), contre 8.330 euros par collégien (au-dessus de la moyenne des pays de l'OCDE).

Ce déséquilibre est préjudiciable pour Eric Charbonnier, "l'échec scolaire qu'on peut mesurer à l'âge de 15 ans provient souvent de difficultés qui démarrent dès l'enseignement en primaire". Ce spécialiste des questions d'éducation à l'OCDE conclut en analysant la situation en France ainsi : "On avait pu vanter la progression du système d'éducation français sur les 40 dernières années mais depuis une quinzaine d'années, il y a une forme de stagnation".

Eric Charbonnier, spécialiste des questions d'éducation à l'OCDE  
 

Lecture
 
Partager

 

Par Elise Delève
5
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
28 enfants par classe à Paris XVIème.
Avatar de anonyme
Maternelle (anonyme),
"21 élèves en moyenne en maternelle". Mais on en rêve !! Ils sont beaucoup plus souvent à plus de 30 élèves avec un enseignant et une ATSEM (voire 1/2). Sans compter la difficulté de la prise en charge parmi une classe de 30 enfants de 3 ans, d'enfants handicapés ou avec de lourds problèmes psychiatriques... Il faut arrêter cette détérioration du système scolaire qui favorise l'échec scolaire.
Avatar de anonyme
Pourtant beaucoup de personnes critiquent les enseignants frabnçais en les comparant à des bons à rien et à des profiteurs; mais je suis content de voir ce rapport qui pointe un des principaux dysfonctionnement de l'éducation française, à savoir le manque d'enseignants dès la maternelle; dans ma ville des classes de maternelle sont à 33 éléves par classe !!! est ce normal ?
Avatar de anonyme
Trop souvent il y a les / cancres / et les bons ... Avec qui des deux s'impliquer le plus ? Dans les années 50 les classes étaient de 40/45 élèves et cette période a-t-elle fournie plus d'illettrés : les bons élèves direction les études , les autres les écoles professionnelles ressenties comme moins valorisantes .Ou en sommes nous maintenant ...Des remises en question ?
aller directement au contenu