aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Les ambassadeurs de l'environnement à l'école

le Vendredi 15 Juin 2012 à 06:22
  • 3 commentaires
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 5 (3 votes)

Quel avenir voulons-nous ? C'est le thème du sommet de Rio+20. Il y a 20 ans, les pays avaient promis une éducation à l'environnement pour les générations futures. Inscrit au programme de primaire, c'est encore un thème dur à suivre pour les enseignants sans aide extérieure.

Claire, l'une des éco-animatrices de l'Agence des espaces verts d'Ile-de-France, prête pour le lancer de bardanne © Radio France - Anne-Laure Barral

En forêt de Seine-et-Marne, à Bois-Fleuri, 254 élèves sont surexcités à l'idée de recevoir leur diplôme de "forestier junior". Un diplôme remis par l'Agence des espaces verts d'Ile-de-France à 6.000 écoliers chaque année.

Julie, Alexandra, Ryan, Dilan, âgés de 10 à 12 ans, sont en CM2 et parlent de la sève des arbres, des traces des animaux. La plupart d'entre eux n'étaient jamais allés en forêt avant. Aujourd'hui, ils disent ne plus jeter leurs papiers par terre et même ramasser ceux des autres.

Ces formations de forestiers juniors sont dispensées par des éco-animateurs de l'Agence des espaces verts. Des relais indispensables pour les enseignants qui admettent ne pas être des spécialistes de l'environnement.

Pour ces jeunes instituteurs, sans aide extérieure, impossible de caser l'éducation à l'environnement dans leur programme. Un programme déjà très chargé où ils doivent aussi aborder avec les élèves l'éducation civique, la sécurité routière... Alors pour l'environnement, c'est un peu s'ils ont le temps.

3
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Roland GERARD Réseau Ecole et Nature (anonyme),
Bonjour, Nous organisons des assises en ce moment même pour développer l'éducation à l'environnement et au développement durable (EEDD) et une pétition circule, elle a recueillit 13 000 signatures depuis le 9 mai. Chacun est invité à contribuer http://www.cfeedd.org/petition/
Avatar de anonyme
Tout est dit.... Trop d'enseignants restent incapables de transmettre des savoirs sans "moyens", sans "formation". Un enseignant compétant est celui qui a l'esprit curieux, s'informe (presse, documentaire, conférences, internet) tout seul et se demande tout seul comment diffuser ses connaissances. Le problème est que l'on forme des gens à des savoirs et non à la pédagogie. Comme les savoirs évoluent, il faut des stages... On ne leur demande pas d'être des spécialistes! Enseigner le développement durable ou la sécurité routière me semble à la portée de tout citoyen qui écoute la radio et accepte de se remettre en question. Il faudrait réserver les "moyens" et les intervenants aux contenus qui exigent réellement une formation longue (informatique, anglais...), ou des compétences pointues quand on intègre des enfants « différents ». La sortie en forêt est un plus, mais cela existait avant que l'on ne parle d'environnement durable. Cela s'appelait "sciences naturelles", et auparavant "leçon de choses". Rappelons que ces élèves n'étaient pas dans la nature, mais dans un environnement aménagé. Mes enfants sont formés à la sécurité routière, nul ne m'a donné de moyens pour cela... Pour l'aider dans sa dyslexie, mon fils (au lycée) a demandé à connaître le plan des cours par avance, à ce que les documents distribués soient nets et clairement présentés et à ce que les questions soient claires et ne prêtent pas à confusion (vocabulaire et syntaxe)... Il lui a été répondu qu'il ne pouvait exiger cela car les enseignants ne sont pas formés à la dyslexie, et qu’il n’y a pas assez de moyens mis à disposition... Bien sûr, les actions présentent bien... Chez nous, les collégiens nettoient la nature avec Leclerc. Ainsi, Leclerc se fait passer pour une entreprise propre et s'affiche dans tout l'établissement. Les écoliers ont reçu des quantités de papiers qui leur expliquent comment aller les recycler. Le petit déjeuner pédagogique dans le cadre de la semaine du goût est l'occasion de distribuer des prospectus de "conseils" signés Nestlé. Le brevet deux roues se passe avec la Macif et la sécurité est vue avec la SNCF. Désolée, quatre jours d'école par semaine suffisent. Il reste aux parents ensuite à veiller à l'instruction de leurs enfants, former leur citoyenneté, les initier à l'esprit critique.. Il y a de vrais besoins financiers dans les écoles de France et un gaspillage permanent. Il serait bon de commencer par exploiter au mieux les quelques moyens dont disposent les enseignants, et veiller à l'image que renvoie l'éducation nationale, cesser de réclamer en dehors des nécessités et veiller à son expression française lorsque l'on s'exprime dans les médias, nul besoin de moyens pour enrichir le vocabulaire des enfants, l’imprégnation suffirait. J'ai écrit "trop d'enseignants" et non "les enseignants", mais j'entends souvent "les parents", "les jeunes"... Il suffit d'un petit pourcentage pour que l'image de tous soit ternie.
Avatar de anonyme
terrien (anonyme),
Quel avenir voulons-nous ? déjà quelle vie nous voulons ou plutôt voulons-nous vivre ou mourir en continuant de nous empoisonner avec les pesticides etc...
aller directement au contenu