aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Prix du gaz : GDF Suez demande une hausse de 7%, "pas satisfaisant" répond le gouvernement

le Mercredi 12 Septembre 2012 à 00:34 mis à jour à 12:54
Par Antoine Krempf

Selon le journal Le Figaro, GDF Suez veut de nouveau augmenter ses tarifs début octobre © Fotolia.com

La Commission de régulation de l'énergie a reçu une demande de majoration de 7% des tarifs du gaz de la part de GDF Suez. La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a jugé ce matin que cette demande n'était "en l'état pas satisfaisante".

Après l'augmentation de 2% cet été, GDF Suez espère obtenir une nouvelle hausse des prix du gaz au 1er octobre. Selon le site internet du Figaro, le groupe aurait transmis sa demande à la Commission de régulation de l'énergie.
Une demande de majoration de ses tarifs pour répercuter l'évolution des coûts d'approvisionnement du groupe.

Une hausse de 7 % : une demande totalement irréaliste pour Thierry Saniez, délégué général de l'association de consommateurs CLCV (Consommation, Logement, Cadre de Vie).

Thierry Saniez, délégué général de CLCV  

Lecture
 
Partager

Du côté du gouvernement, la hausse demandée parait aussi très exagérée : la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem a estimé ce matin "qu'en l'état cette demande n'est pas satisfaisante, elle nous semble très élevée".

Dans le détail, GDF Suez demanderait une revalorisation de 1% des prix réglementés, ainsi qu'une "hausse de rattrapage " de 6 points. Cette dernière correspond à la différence entre l'augmentation de 2% de cet été et la hausse de 8% des coûts d'approvisionnement du groupe. Cette hausse concernerait près de onze millions de foyers.

En juillet dernier déjà, GDF Suez obtenait une hausse rétroactive des prix du gaz après le gel des tarifs pour les particuliers de octobre à décembre 2011, décidée par le gouvernement Fillon. Une facture salée, environ 2 euros par mois, jusqu'en juin 2014. Les associations de consommateurs avaient alors dénoncé un "grand n'importe quoi".

Par Antoine Krempf
6
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Cette agitation médiatique qui dure depuis plusieurs mois serait risible si les conséquences n’étaient pas aussi graves pour beaucoup de nos concitoyens pauvres… Pendant des décennies l’Etat et les négociateurs de Gaz de France se sont démenés pour maintenir les prix du m3 puis du Kwh gaz notamment en serrant les salaires des personnels, en optimisant la gestion mais aussi et surtout en diversifiant les approvisionnements (URSS, Algérie, Pays Bas, Grande Bretagne…) . Par la même occasion ils réduisaient les risques liés au chantage d’un de ces pays… Début des années 2000 ce souci du bien public c’est FINI ! L’ouverture des marchés, sa promesse de concurrence avec la PRIVATISATION qui allait réduire les prix pour le consommateur. Raisonnement manichéen, simpliste et dogmatique ! Nous ne sommes pas dans le domaine vente de camelots sur nos marchés qui vantent leur produits et vocifèrent leurs meilleurs prix… Dans ce qui reste de GDF (aujourd’hui Suez) on parle de trading, de portefeuille d’actions…On ne paye plus au prix réel le gaz résultat de négociation d’Etat à Etat mais au prix du marché ! L’Etat qui a officialisé la libéralisation des marchés avec Maastricht se retrouve coincé quand, pour ses besoins politiques, il veut maintenir des prix raisonnables… La droite libérale s"y est cassé les dents (cf le jugement défavorable). La gauche libérale prend le même chemin... Histoire de fous ? Non c’est une réalité !
Avatar de anonyme
Et si GDF achetait son gaz au prix du gaz et non plus au prix du pétrole, ça ne serait pas une bonne idée ? Pourquoi pas aussi indexer leur prix de vente du gaz sur le cours de la patate ou sur les prévisions météo ?
Avatar de anonyme
Exploitation du Gaz de schiste et vite !!!
Avatar de anonyme
Les américains ont vu leur facture de gaz baisser de moitié avec l'exploitation de leurs ressources en gaz naturel. Chez nous, par précaution, nous en avons interdit l'exploitation alors que nos sols en sont riches. Ce serait un véritable plus pour notre pouvoir d'achat si nous levions cette interdiction: http://www.contrepoints.org/2012/07/11/89890-gaz-de-schiste-le-risque-en....
aller directement au contenu