aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Unilever accepte de rouvrir les négociations sur l'avenir de Fralib

le Vendredi 25 Mai 2012 à 11:49
Par Guillaume Gaven

Le site de Gémenos ne sera pas évacué, assure le propriétaire des thés Lipton et des infusions Elephant. Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, ajoute qu'il a nommé un médiateur pour examiner les différents projets de reprise de l'usine.

L'espoir renaît, chez les 182 salariés de Fralib. "Unilever accepte de revenir à la table des négociations", leur a annoncé Arnaud Montebourg, sous les applaudissements. C'est à l'usine Fralib que sont fabriqués les thés Lipton et les infusions Eléphant.

En déplacement à Gémenos, près de Marseille, le ministre du Redressement productif n'est pas venu les mains vides... Unilever, dit-il, a également accepté "de ne pas demander l'exécution de la décision de justice qui ordonnait l'évacuation de l'usine".

Histoire de reprendre l'avantage, le ministre a annoncé, de son côté, la nomination d'un médiateur "pour examiner les différents projets de reprise" de l'usine. Son rapport est attendu d'ici un mois.

"L'ancien gouvernement aidait Unilever à nous liquider. Aujourd'hui le vent a tourné. On espère que ce nouveaugouvernement sera plus attentif aux revendications des salariés et porteur d'un projet industriel pour sauvegarder l'emploi", a estimé le représentant de la CGT, Gérard Cazorla.

Pendant sa campagne, le candidat Hollande avait fait part de sa volonté de "faire pression" sur les dirigeants d'unilever, pour que les machines - et la marque Eléphant, créée en 1896 - soient cédées aux employés.

Olivier Leberquier, le délégué CGT de Fralib : "Ce qu'on attend, c'est des actes".  

Lecture
 
Partager

Unilever accepte de revenir à la table des négociations, annonce Arnaud Montebourg  
 

Lecture
 
Partager
Par Guillaume Gaven
aller directement au contenu