aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Scandale du Libor : la Société Générale et le Crédit Agricole mouillés ?

le Jeudi 19 Juillet 2012 à 11:39
Par Guillaume Gaven

Les régulateurs bancaires enquêtent, selon le journal Financial Times, sur des liens entre la Barclays, à l'origine du scandale, et quatre banques européennes - HSBC, Deutsche Bank et les deux françaises.

Le scandale du Libor a-t-il déjà traversé la Manche ? C'est ce qu'affirme le Financial Times, qui explique que quatre banques européennes - la Britannique HSBC, l'Allemande Deutsche Bank et les Françaises Société Générale et Crédit Agricole - ont tissé des liens avec Barclays. Le journal précise tout de même que les employés ne travaillent plus aujourd'hui pour les banques en question.

Hier, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, s'était pourtant montré rassurant, estimant que les banques "avaient été interrogées par les autorités compétentes ; les réponses, apparemment, ont été satisfaisantes puisqu'à ce stade il n'y a eu aucune suite".

Une amende de 453 millions de dollars

Le scandale du Libor n'en est qu'à ses débuts. Il défraie la chronique en Grande-Bretagne depuis le printemps. Le Libor, c'est le taux interbancaire britannique, auquel une banque prête ou emprunte de l'argent à une autre ; un marché non réglementé. Un taux que Barclays a manipulé entre 2005 et 2009.

La banque a accepté le mois dernier de payer 453 millions de dollars d'amende pour cette maniplation. Barclays a limogé son directeur général, mais l'affaire menace d'entacher la réputation de plusieurs autres banques internationales.

La Chambre des Communes va constituer une commission d'enquête parlementaire, l'Office britannique de lutte contre la délinquance financière s'apprête à ouvrir une enquête pénale. Et la Commission européenne a également lancé une enquête, sur l'ensemble des principaux taux du marché interbancaire.

Par Guillaume Gaven
2
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Ils feront tomber quelques tête et puis ça recommencera... le problème tient en trois mots : marché non réglementé.... Et c'est pas près de changer vu la puissance du lobby bancaire.... mais c pas grave... l'état sera la pour renflouer en cas de problème. Après faudra taper sur les acquis sociaux pour compenser...
Avatar de anonyme
Décidément, à chaque fois que des "cabrioles" et autres "petits" arragements entre amis dans le monde de la finance sont mis en lumière, le nom de la Société Générale est citée !
aller directement au contenu