aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Premier bilan incertain pour le tourisme cet été

le Vendredi 27 Juillet 2012 à 10:04
Par Julien Baldacchino

A mi-chemin des vacances d'été, les acteurs du tourisme affichent de mauvais résultats : le mois de juillet a été plombé par la météo et la crise. Les prévisions pour août sont mitigées, mais la tendance pourrait être modifiée par des réservations de plus en plus tardives.

A quelques heures du grand chassé-croisé entre juilletistes et aoûtiens, les professionnels du tourisme dressent un premier bilan de la saison. Et celui-ci n'est pas enthousiasmant : selon une étude de la DGCIS, le service de statistiques du ministère de l'Economie, les Français sont moins nombreux à partir, en juillet comme en août. Le cabinet d'études Protourisme annonce une baisse de fréquentation de 5% pour les campings et 10% pour les hôtels en stations balnéaires, par rapport à l'an dernier.

Thierry Grégoire, patron de la branche hôtellerie touristique et saisonnière du principal syndicat de l'hôtellerie, l'Umih, déplore une première quinzaine de juillet "catastrophique", avec des baisses de 10% à 50%. A l'heure actuelle, il reste encore de la place sur tous les types d'hébergement pour le début du mois d'août ; le taux d'occupation est de 80% selon Protourisme. La faute à la mauvaise météo de juillet, et à la crise.

De plus en plus "d'ultra dernière minute"

Mais les tendances restent incertaines pour le mois d'août. Elles peuvent s'inverser rapidement grâce à une tendance nouvelle : les vacanciers réservent de plus en plus tard, parfois pour le jour même. "Il est possible de remplir un établissement en deux jours", déclare Thierry Grégoire.

Le groupe Tui France (Nouvelles Frontières, Marmara) a mis en place un service "ultra dernière minute" : 30% des chasseurs de bons plans sont prêts à réserver la veille du départ, selon les chiffres avancés par le groupe. Ce qui représente une contrainte supplémentaire pour les professionnels, qui doivent s'adapter rapidement. Les fournisseurs et les grossistes, par exemple, ont mis en place des services de commandes rapides, ouverts jusque tard le soir.

Par Julien Baldacchino
aller directement au contenu