aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Bruno Witvoet, président d'Unilever France

le Samedi 16 Juin 2012 à 05:00
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 4 (1 vote)

Alors que des discussions sont en cours, à la demande du gouvernement, Unilever semble prêt à faire un geste pour préserver le site de Fralib, qui produit les thés Lipton et les tisanes Elephant, à Gémenos dans les Bouches-du-Rhône. Il se dit prêt à "donner des machines", en cas de projet industriel stable.

{iframe|daily|259.875|462|xrk5ge}

Bruno Witvoet, président d'Unilever France © FranceInfo

Le site doit fermer car il n'est plus "rentable" assure Bruno Witvoet. "L'enjeu est pourtant de créer des emplois pérennes localement", affirme le président d'Unilever France. S'il y a un projet industriel viable,  "nous sommes prets à donner les machines" ajoute-t-il, tout en rejetant le projet des salariés de l'usine qui envisagent une coopérative, pour relancer la production de thés et de tisanes.

Une fois de plus Unilever France refuse de leur céder la marque Eléphant et de racheter une patrie de leur production, comme le demandent ces salariés. "Le site n'est plus rentable, il y a des surcapacités de production en Europe".

Mais Bruno Witvoet insiste : "Il n'y a aucune fatalité contre la France." Pour preuve selon lui, l'investissement par Unilever de 23 millions d'euros sur le site de Compiègne cette année, pour y rapatrier toute la production de dentifrice européenne, y compris celle d'Europe de l'Est. "Quand le marché est là, et que le site est compétitif", insiste-t-il, "il y a possibilité de créer de l'emploi industriel en France".

Le géant anglo-néerlandais de l'agroalimentaire et des produits d'entretien compte 2800 salariés et 6 sites de prodcution en France. Il y commercialise 32 marques. (skip, OMO, Signal, Amora ou Carte d'or...)

 

 

 

aller directement au contenu