aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Le Medef "effrayé" par le budget 2013

le Mardi 18 Septembre 2012 à 14:10 mis à jour à 15:32
Par Clara Beaudoux

Laurence Parisot et Jean-Marc Ayrault à l'université d'été du Medef en août © WITT/SIPA

Les chefs d'entreprise français, la présidente du Medef en tête, craignent que les hausses d'impôts du budget 2013 créent un "choc de non compétitivité". Pour les patrons, François Hollande ne choisit pas la bonne solution en augmentant les impôts plutôt qu'en réduisant les dépenses de l'Etat. Le budget 2013 sera présenté le 28 septembre en Conseil des ministres.

Les mots sont forts : les patrons regardent "avec effroi" le projet de budget 2013 du gouvernement. "Nous regardons l'équilibre général avec effroi : deux fois plus de hausses d'impôts que de baisse de dépenses publiques, pour les entreprises et les ménages", a déclaré mardi Laurence Parisot, présidente du Medef, la plus grande organisation patronale française.

Les chefs d'entreprise s'inquiètent de la décision d'augmenter les impôts de 20 milliards d'euros l'an prochain. "Nous ne nous attaquons toujours pas au coeur du problème", la dépense publique, qu'il faudrait selon Laurence Parisot réduire deux fois plus qu'on augmente les impôts. "En agissant ainsi, le gouvernement prend le risque de créer un choc de non compétitivité", ajoute-t-elle.

"L'épargne, le capital, c'est ce qui permet de financer l'économie"

"Nous craignons que les ménages et les entreprises adoptent des comportements qui ne seront pas favorables à la consommation ou à l'investissement, et donc à la stimulation de la croissance", s'inquiète la patronne du Medef.

Quant aux futures hausses des prélèvements sur les revenus du capital, "l'épargne, le capital, c'est ce qui permet de financer l'économie", a-t-elle déclaré. "Ce sera un frein à l'investissement, à la création d'entreprises, et même probablement à la survie de certaines entreprises."

Le projet de budget 2013 sera présenté le 28 septembre en Conseil des ministres. Le gouvernement cherche une trentaine de milliards d'euros pour tenir l'objectif de réduction du déficit public à 3% du produit intérieur brut fin 2013 contre 4,5% fin 2012. 

"Un budget qui n'est pas assez pro-entreprises, sachant qu'un budget pro-entreprises est un budget pro-emploi et anti-chômage" - Laurence Parisot  

Lecture
 
Partager
Par Clara Beaudoux
9
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Il n'y a pas si longtemp ce sont les ouvriers qui étaient éffrayés par toute les pertes sociale , économiques mais bon ce fameux gouvernement n'avait pas peur que les ouvriers de ce pays s'enfuient pour cacher leurs misérables économies en belgique. ma chere laurence arrête de pleurer c'est plus ton tour un point c'est tout.
Avatar de anonyme
Je viens d'apprendre sur BFM que l'état Français allait finançer la construction d'un métro en Egypte !!! 300 millions d'euros, on a deja finançé également les élections en Lybie 200 millions d'euros!! !!!!! et on ose nous augmenter nos impôts!!! .Je pense qu'il est grand d'arrêter de prendre les Français pour des poules aux oeufs d'or avant que tout ne dégénere ....
Avatar de anonyme
juju57000 (anonyme),
je ne suis d'accord que sur un point de madame Parisot , il faut s'attaquer au dépense publique et surtout au frais de fonctionnement et suppression des "machins " inutile (évoqué hier sur France info) , cependant il faut que les entreprises du CAC40 soit forcé de réduire les salaires des dirigeants totalement exorbitant comparé au résultat qu'ils rendent et qu'elles réduise la de bénéfice reversé en dividende (beaucoup trop importante) pour que cet argent soit réinvestit dans les sociétés . Les impôts ne sont pas les seul responsable de la perte de compétitivité des entreprises.
Avatar de anonyme
D'un côté les entreprises qui étouffent des charges & taxes & impôts et qui ne recrutent presque plus. De l'autre le gouvernement qui veut augmenter les taxes ... et le chômage ont le fait baisser comment ? d'autant plus que baisse du chômage = plus de cotisations et moins de versement. Et pour faire passer la pilule, ils n'ont rien de mieux que de demander du patriotisme ?
aller directement au contenu