aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Les voyants rouges de la filière auto. Le potager sur le toit

le Mardi 10 Juillet 2012 à 07:20
  • Pas encore de votes

Le cri d'alarme des concessionnaires auto, Volkswagen et les Champs-Elysées, Varsovie et Marseille "reines des bouchons" en Europe, le tour de vis de la Banque postale, les pirates somaliens sur la défensive, les nouvelles télés de YouTube, des potagers sur les toits de Paris.

Presse © Radio France - Jean-Christophe Martin

 

Avec à nouveau des mauvaises nouvelles pour la filière automobile en France...

C'est un voyant rouge de plus qui s'allume sur le tableau de bord : le cri d'alarme des concessionnaires auto, à la Une des Echos. Des concessionnaires pris en tenaille entre des ménages de moins en moins dépensiers et des constructeurs français eux-même mal en point. Résultat des stocks qui gonflent et des trésoreries qui souffrent déjà, pour certains, le cap de l'été sera difficile à franchir. Le Conseil national des professions de l'automobile parle même d'une situation sans précédent dans l'histoire de la distribution automobile en France. Les trois piliers du secteur sont malades : les ventes de véhicules neufs, d'occasion et les services après-vente.

Pour le Figaro, au-delà des concessionnaires, les voyants sont désormais au rouge sur l'ensemble de la filière, y compris les sous-traitants et les constructeurs, notamment du côté de PSA qui devrait annoncer jeudi la fermeture de l'usine d'Aulnay et des suppressions d'emplois drastiques sur d'autres sites. Conclusion du Figaro : c'est l'ensemble du jeu de dominos qui est en train de vaciller dans la filière automobile française.

A l'inverse de ce qui se passe pour les constructeurs français, leurs concurrents allemands affichent leur prospérité avec un symbole sur les Champs-Elysées...

Presque toutes les grandes marques de voitures ont une adresse sur les Champs-Elysées, toutes sauf une : Volkswagen. Selon le Figaro, le premier construteur européen veut en finir avec cette anomalie. Il chercherait à s'installer dans les locaux qui abritent actuellement le Virgin, qui est sur le départ. Il se trouve que le Qatar, l'un des actionnaires de Volkswagen, vient d'acheter cet immeuble, ce qui devrait faciliter l'installation du constructeur allemand. A moins que le Qatar préfère installer sur les Champs-Elysées un palace, ou une version parisienne de sa marque londonienne Harrod's, réponse d'ici quelques mois.

A propos de voitures encore, un classement des villes européennes les plus embouteillées...

Et surprise, non les Parisiens qui pestent contre les embouteillages quotidiens ne sont pas les plus à plaindre. Selon une étude du fabricant de GPS TomTom dévoilée ce matin dans le Parisien et Aujourd'hui en France, les deux reines des bouchons en Europe sont Varsovie et Marseille... Un classement a priori assez fidèle à la réalité puisqu'il repose sur la récupération des données des utilisateurs quand ils donnent leur accord, le fabricant reçoit ainsi quelque 5 milliards de données tous les jours, les temps de trajet par exemple, la vitesse, etc...

Un trésor statistique qui a permis de calculer au passage le temps passé et donc perdu dans les embouteillages. Le résultat est effrayant écrit Aymeric Renou dans le Parisien : en se basant sur un trajet quotidien d'une durée théorique de 30 minutes sans embouteillage, l'automobiliste marseillais va perdre en réalité 101 heures, soit un peu plus de 4 jours passés dans les bouchons coincé dans sa voiture. C'est un peu moins à Paris, à peine quatre jours... Ca laisse quand même du temps pour écouter France Info...

Toujours en feuilletant la presse, la mauvaise surprise des clients de la Banque postale...

C'est encore à lire dans le Parisien : la Banque postale serre la vis. La mauvaise nouvelle tombe depuis une semaine avec les relevés de compte du mois de juin. Les 840 000 clients de la banque titulaires d'une carte à débit différé reçoivent une lettre type qui va pour certains leur créer de grosses difficultés. A partir du mois de septembre, le montant des achats sera prélevé avant la fin du mois en cours, au lieu du 5 du mois suivant.

La Banque postale affirme que ça ne changera rien pour la plupart de ses clients, ce que conteste vigoureusement l'Association de défense des usagers des banques. Une association qui dénonce une décision illégale puisque pour elle c'est une modification substantielle du contrat qu'un client a le droit de refuser.

On part dans l'Océan Indien maintenant, avec l'envoyé spécial du Figaro au large de la Somalie...

Pierre Prier a embarqué à bord de la frégate française Guépratte, l'un des fers de lance d'Atalante, l'opération européenne anti-piraterie.

Les pirates somaliens sont toujours là, mais sur la défensive : selon le Figaro, la chasse menée par la force Atalante sur une zone vaste comme l'Europe commence à porter ses fruits, le nombre des navires piratés est en baisse constante, conséquence à la fois de la dissuasion des navires militaires, des règles de sécurité mieux respectée, ou encore de la présence de gardes privés sur les navires de commerce.

Ce qui ne fait pas oublier que les pirates restent à l'affût. Le 19 juin, un cargo est parvenu à échapper à une attaque. le 20 juin,
un méthanier était attaqué à la grenade, une très mauvaise idée pour une gigantesque bombonne de gaz flottante, qui heureusement  n'a pas explosé et qui a pu lui aussi semé ses poursuivants.

Les pirates ont du stock : selon le décompte du Figaro, début juillet, ils attendaient toujours les rançons demandées pour 7 bateaux et 213 marins retenus en otage. Le recordman de la captivité est un cargo battant pavillon panaméen, l'Iceberg, tombé aux mains des pirates en mars 2010. Une rançon de six millions de dollars serait en négociation pour ce vraquier et pour son équipage de damnés de la mer, Philippins, Soudanais, Pakistanais, Yéménites, Indiens et Ghanéens.  

Du côté d'Internet, YouTube s'apprête à lancer des nouvelles chaînes de télé...

Ce sera selon le Figaro un bouquet thématique gratuit de 13 chaînes, allant du divertissement à la santé en passant par la culture ou la cuisine. Le lancement est prévu en octobre par la plate-forme de diffusion de vidéo YouTube, propriété de Google.

Des chaînes gratuites qu'on ne verra pas par exemple sur la TNT ou sur le câble, mais uniquement sur Internet ou sur les nouvelles télés connectées, qui permettent de surfer sur la Toile.

Aux Etats-Unis le concept est un succès : la chaîne dédiée aux talents musicaux a été confiée à Madonna, qui fait déjà un carton avec 250 millions de vidéos vues alors qu'une émission de télé classique ne fédère pas plus de dix millions de téléspectateurs.  

Des potagers sur les toits de Paris : ça n'est plus du tout farfelu...

C'est même à la mode : le Parisien raconte que les expériences se multiplient. Et ce ne sont pas des doux rêveurs qui veulent faire pousser des tomates ou des salades sur le toit, mais des ingénieurs.

Car il y a, derrière ce qui peut faire sourire, une vraie question : comment alimenter les populations urbaines en légumes frais produits tout près de chez elles ? Un problème qui pourrait devenir un casse-tête dans les prochaines années, la moitié de la population mondiale étant déjà concentrée dans les zones urbaines.

Des chercheurs se demandent donc comment raccourcir les circuits de distribution limitant les transports et donc la pollution. Réponse : faire pousser des légumes là où il y a de la place perdue, sur le toit. L'un des problèmes à résoudre est celui du terreau, qu'il faut alléger pour qu'il ne pèse pas trop sur les structures des bâtiments. Une expérience est notamment menée sur les toits d'AgroParisTech, une école d'ingénieurs du Vème arrondissement parisien. Parmi les priorités, vérifier que la pollution n'affecte pas ces légumes urbains.

La presse à la Une

La presse à la Une du 10/07/12 avec Violaine Domon de la République des Pyrénées  
 

Lecture
 
Partager

Une galère à la Une de la République des Pyrénées ce matin, celle des passagers d'un train Paris-Pau, encore un train qui a joué les tortillards. Explications avec Violaine Domon de la République des Pyrénées qui était à bord ce train et qui raconte une nuit plutôt longue et agitée.


 

 

 

 

aller directement au contenu