aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

L'achat de Rafale par le Brésil ? Décision reportée sine die...

le Vendredi 10 Août 2012 à 19:03
Par Sylvie Johnsson

Pour renouveler sa flotte d'avions de combat, le Brésil doit choisir entre la France, la Suède et les Etats-Unis. Un feuilleton à suspens qui dure depuis des années. Le ministre de la Défense justifie ce nouveau report par la situation économique.

Pour ce marché brésilien évalué à cinq milliards, le Rafale de Dassault Aviation est en concurrence avec le Gripen du suédois Saab et le F/A-18 Super Hornet de l'Américain Boeing. Un marché que ces constructeurs se disputent depuis trois ans maintenant.

 "Le projet n'est pas abandonné. Il y aura une décision en temps voulu. Mais à ce jour, je préfère ne pas donner de date", a déclaré le ministre brésilien de la Défense, Celso Amorim au Wall Street Journal.

"La situation économique a pris un tour moins favorable que prévu et elle exige naturellement de la prudence. Je ne dirais pas qu'une société ou l'autre est favorite. La question importante est de savoir quand nous le ferons et alors, nous examinerons de nouveau les propositions. Il y a un besoin de renouvellement de la flotte, mais il faut y répondre en fonction des possibilités du pays".

En juin dernier comme elle le fait tous les six mois, l'armée de l'air brésilienne a demandé  aux constructeurs concurrents de renouveler leur intérêt pour l'appel d'offres en prorogeant leurs propositions.

Le Brésil reporte à nouveau sa décision concernant ses avions de combats, explications d'Elodie Touchard  

Lecture
 
Partager
Par Sylvie Johnsson
3
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Donc pbm politique que perfos ?
Avatar de anonyme
marcel (anonyme),
bravo les bresiliens!!!!
Avatar de anonyme
Roland (anonyme),
Heureux Brésiliens qui n'achètent ces très coûteux avions que lorsqu'ils ont des sous ... Nous , Français, en avons commandé 280 sans barguigner, au prix convenu discrètement, entre gens de bonne compagnie et qui ne lésinent pas ... avec la dette .
aller directement au contenu