aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Impôts : ce qui va changer en 2013

le Vendredi 28 Septembre 2012 à 12:03 mis à jour à 12:33
Par Guillaume Gaven

Pas mal de nouveautés attendues sur les futurs impôts © Fotolia.com - Delphimages

Pour ramener son déficit public à 3% du PIB, la France va devoir faire un effort de 36,9 milliards d'euros en 2013. Le projet de loi de Finances présenté vendredi prévoit 20 milliards de prélèvements nouveaux, en sus des 4,4 milliards votés cet été, 10 milliards d'économies sur les dépenses de l'Etat, et 2,5 milliards sur les dépenses d'assurance maladie.

Un "budget de combat pour la justice sociale", dit vendredi Jean-Marc Ayrault. Un "budget de combat pour la croissance, la préparation de l'avenir", un "budget courageux et responsable", ajoute-t-il. Avant de décréter la "mobilisation générale" des Français pour "réussir cette bataille" du redressement. A la sortie du conseil des ministres, le vocabulaire était résolument guerrier.

Pour redresser la France, donc, il va falloir faire des économies et trouver des recettes. Comme il n'y a pas 36 solutions, l'Etat et l'assurance maladie vont se serrer la ceinture, et les impôts augmenter en 2013.

Le gouvernement marche sur des oeufs, même si, selon lui, 8,5 millions de foyers paieront moins d'impôts, et 4,1 millions plus. Revue de détail après la présentation vendredi en Conseil des ministres du projet de loi de Finances pour 2013.

  • Gel du barème des impôts, pour tous. Comme cette année, le barème ne sera pas indexé sur l'inflation. Ce qui correspond, de facto, à une (légère) hausse des impôts. +2% pour 15 millions de foyers, selon le syndicat Solidaires des impôts.
  •  Décote pour les plus modestes. Pour éviter que des foyers non imposables le deviennent, le montant de la décote sera porté de 439 à 480 euros. 7,4 millions de contribuables devraient en bénéficier.
  • Le quotient familial abaissé. Il passera de 2.336 à 2.000 euros pour chaque demi-part supplémentaire. Cela touchera 2,6% des foyers.
  • La redevance audiovisuelle augmente. Elle passera à 129 euros, soit une hausse de 2 euros qui s'ajoute à l'inflation.

La plupart des mesures touchent les foyers les plus aisés :

  • Une nouvelle tranche d'imposition créée, au taux de 45% pour la fraction de revenus supérieure à 150.000 euros par part. Cela devrait concerner 50.000 contribuables.
  • Contribution de 75% sur les très hauts revenus. Souvenir de la campagne présidentielle, la part de revenus supérieure à un million d'euros sera taxée à 75%. Une mesure qui touchera 1.500 personnes.
  • Les revenus du capital alignés sur ceux du travail. Fini, le Prélèvement forfaitaire libératoire. Tous les revenus du capital -plus-values mobilières, dividendes, intérêts - seront intégrés au barème de l'impôt sur le revenu.
  • Niches fiscales plafonnées à 10.000 euros par foyer.

Jérôme Cahuzac, le ministre du Budget, se défend de toute hausse d'impôts  

Lecture
 
Partager

Les nouveaux impôts © IDÉ

Par Guillaume Gaven
6
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Hollande degage!
Avatar de anonyme
Quand est il des PFL pour l'Assurance vie avant 8 ans ? Et pour les trés hauts revenus, ne risquent ils pas de venir négocier le taux de 75%, voir menacer au niveu de Bercy ?
Avatar de anonyme
Personnellement j'aimerais beaucoup en faire partie.
Avatar de anonyme
Je sais pas pourquoi mais je parie que je vais faire parti des 4,1 millions qui vont y avoir droit.
aller directement au contenu