aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Filippetti : France Télévisions doit arrêter "la course à l'audimat"

le Lundi 1 Octobre 2012 à 13:59
Par Caroline Caldier

Alors que les dotations aux entreprises de l'audiovisuel public sont en baisse, la ministre de la Communication adresse lundi ses recommandations à France Télévisions. Aurélie Filippetti veut une réorientation vers "une vraie mission de service public" et demande un arrêt de "la course à l'audimat".

Les dirigeants de France Télévisions auront à résoudre une équation complexe, faire mieux avec moins d'argent. Le groupe va toucher 2,453 milliards d'euros en 2013, soit une baisse de 2,3% par rapport à 2012, selon les chiffres du ministère. Parallèlement, le groupe audiovisuel public doit revoir sa stratégie : "La course à l'audimat, sur le même terrain que des chaînes commerciales, n'est pas la bonne manière d'envisager une stratégie pour le service public audiovisuel", a jugé lundi la ministre de la Culture et de la Communication, dans un entretien à l'AFP.

D'autant que selon la ministre, la hausse de la redevance "qui n'est pas négligeable" (environ 129 euros, soit une hausse de deux euros s'ajoutant à l'inflation prévue dans le projet de loi de finances), justifie des améliorations. "En retour, il faut que nos concitoyens voient la différence quand ils sont sur une chaîne du service public", a expliqué Aurélie Filippetti.

"C'est pas forcément plus de crédits budgétaires qui sont les garants d'une amélioration de la qualité des programmes" (Aurélie Filippetti)

Une analyse qui risque de faire grincer des dents les syndicats de France Télévisions, déjà sur le qui-vive après l'annonce d'une possible fusion des rédactions nationales. Ils craignent que cette réduction des dotations, aggravée par un retard dans les recettes publicitaires d'une soixantaine de millions d'euros en 2012, n'entraîne un "plan social", un terme que la direction récuse.

Une réduction des effectifs de 5% au cours de la période 2011-2015 est d'ores et déjà prévue par le contrat d'objectifs et de moyens (COM) signé en 2011 entre France Télévisions et l'Etat actionnaire.

Par Caroline Caldier
5
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Bifteck-frites (anonyme),
Il faut boycotter ce genre d'émissions ! 129 € de redevance pour assister à des émissions sans intérêt, alors que les + intéressantes sont en 2ème/3ème partie de soirée (qui les regarde ?), c'est vraiment nous prendre pour des vaches à lait !!! Je travaille et ne peux pas me permettre de rester tard devant l'écran. Comme beaucoup le lendemain, j'ai bus, train, métro à prendre. J'ai déménagé et ne capte plus la moitié des stations que j'avais avant, et le montant de ma redevance ne sera pas réduit !
Avatar de anonyme
Bifteck/frites (anonyme),
Je n'en reviens pas que la redevance télé/radio soit d'un montant aussi élevé, incluse et bien cachée qu'elle est dans le montant des impôts locaux ! J'ai un téléviseur pour regarder essentiellement des DVD car Il est vrai qu'il n'y a pas grand chose à regarder, les programmes susceptibles de m'intéresser sont hélas diffusés en 2ème/3ème partie de soirée. J'ai la chance de travailler mais comme pour beaucoup de banlieusards, je me lève tôt pour attraper un bus puis un train puis le métro, qui m'amènent sur mon lieu de travail et ne peux donc pas veiller aussi tard. La qualité est donc réservée à des privilégiés... mais le prix est le même pour tous ! Rien ne changera, faut pas rêver.
Avatar de anonyme
jean françois daroin (anonyme),
marre de payer pour voir des nullités des presentateurs qui jouent entre eux des pub avec des presentateurs des amis des amis des presentateurs virés des autre chaine et qui viennent en retraite a nos frais
Avatar de anonyme
sylvain (anonyme),
hihi... France 3 l'à déjà bien compris
aller directement au contenu